mercredi, novembre 20, 2019

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le 28e Forum économique mondial sur l’Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette occasion les pays africains à tirer parti de la 4e révolution industrielle.

S’exprimant au nom du président sud-africain Cyril Ramaphosa durant la réunion plénière du forum, le ministre des Finances du pays, Tito Mboweni, a déclaré que ce n’était qu’en tirant parti des opportunités offertes par les nouvelles évolutions technologiques que les pays africains parviendraient à renforcer leur compétitivité sur la scène mondiale.

Le forum est cette année placé sous le thème « Construire une croissance inclusive et un avenir commun à l’heure de la quatrième révolution industrielle ». Son programme couvre quatre grands domaines clé : l’innovation, le développement durable, la transition numérique et la gouvernance.

Il est essentiel que les pays africains « s’adaptent et évoluent », a ajouté M. Mboweni.

« Nous devons préparer nos jeunes à des emplois qui n’ont pas encore été créés. Nous devons adopter des mesures d’incitation pour encourager les industries susceptibles de connaître une profonde transformation structurelle au cours des quelques années à venir », a-t-il indiqué.

L’automatisation aura notamment des répercussions sur l’emploi dans presque toutes les industries, ce qui pourrait conduire à des réductions d’effectifs et à des licenciements, a-t-il averti.

Selon la société de conseil McKinsey, jusqu’à 375 millions de travailleurs à travers le monde pourraient devoir changer de catégorie professionnelle et acquérir de nouvelles compétences d’ici à 2030.

Les employeurs devront en conséquence prendre des engagements financiers conséquents en matière de mise à jour des compétences et de réorientation afin de répondre aux besoins du marché du travail, a affirmé M. Mboweni.

« Nous devons stimuler l’activité entrepreneuriale, car bon nombre des grands conglomérats qui donnent vie à l’économie actuelle seront poussés de côté par des petites et moyennes entreprises plus légères et plus adaptables », a-t-il souligné.

Pour progresser sur le plan technologique, des mesures collaboratives, multisectorielles et inclusives doivent être prises, a-t-il ajouté.

De fait, l’Afrique du Sud a déjà mis en place une Commission présidentielle sur la 4e révolution industrielle, dans le but d’identifier les stratégies et les plans d’action susceptibles de faire du pays un acteur mondialement compétitif dans ce domaine, a-t-il expliqué.

« L’Afrique peut et doit tirer parti des avancées technologiques pour s’industrialiser, parvenir à une croissance inclusive et attirer les investissements. Les nouvelles technologies peuvent également être utilisées pour améliorer les services », a affirmé M. Mboweni.

« Nous devons être ouverts à de nouvelles façons de penser. Nous devons être prêts à prendre des risques, sans quoi nous risquons de nous laisser distancer. Nous devons prendre en compte les conditions et les niveaux de développement respectifs des divers pays d’Afrique », a-t-il ajouté.

Un millier de délégués représentant des gouvernements, des entreprises, des universités et des organisations civiles du monde entier ont pris part à ce forum destiné à définir les priorités des entreprises et des pays de la région pour les années à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Exportations du ciment: Djellab compte réaliser 400 millions dollars de recette à l’horizon 2021

Le ministre du Commerce Saïd Djellab a révélé lundi à Biskra que "les exportations du ciment algérien atteindront 400...

L’augmentation des capacités de stockage de Naftal permettra une autonomie de 30 jours

La société nationale de distribution des produits pétroliers et lubrifiants (Naftal) va augmenter ses capacités de stockage de carburants à travers le pays, lui...

Loukal: l’importance d’amender la Loi organique relative aux lois de Finances

Le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a réitéré, lundi à Alger, l'impératif d'amender les dispositions de l'article 18 de la Loi organique relative aux...

Loi de finances 2020: Loukal présente son projet aux sénateurs

Le ministre des Finances, Mohamed Loukal a présenté ,lundi, le projet de loi de finances (PLF) 2020 devant la commission des affaires économiques et...

Tunisie – Loi de finances 2020, Les mesures à prendre urgemment pour sortir de la crise

Le projet de la loi de finances 2020 tel que présenté est dénué de tout esprit réformateur et de vision stratégique. La fiscalité tunisienne...

Ecomondo et key energy, véritables tremplins de l’économie verte +24 % de visiteurs étrangers aux salons d’italian exhibition group

C’est la fin des manifestations dédiées aux technologies vertes qui se sont déroulées au salon de Rimini : Ecomondo, Key Energy, Sal.Ve. et DPE Le...

El-Oued: plus de 50 exposants au « Production-Export »

Plus d’une cinquantaine d’exposants prennent part au salon international des produits nationaux "Production-Export", ouvert lundi à El-Oued, à l’initiative de la Chambre du commerce...

CNAC de Sétif: financement depuis 122 projets depuis janvier

Cent vingt-deux (122) projets d’investissement ont été financés à Sétif depuis début 2019 jusqu’à ce mois de novembre dans le cadre de la Caisse...
- Advertisement -

Dans la même catégorie

- Advertisement -