Automobile: BAIC Algérie livre ses premiers véhicules

Le constructeur automobile, BAIC Algérie a procédé aujourd’hui à la livraison de ses premiers véhicules pour ses clients en Algérie. Une bonne nouvelle pour l’économie nationale entourée d’incertitudes depuis maintenant plusieurs mois.

Fruit d’un partenariat avec la marque chinoise BAIC, l’usine BAIC industrie internationale Algérie, a pu malgré la conjoncture économique difficile livrer ses premiers véhicules ce mardi à Alger après 9 mois de lancement de l’usine à Batna.

Avant la cérémonie de la remise des clés, le PDG du groupe, Sariak Nouredine, n’a pas caché les grandes ambitions de ses projets, qui visent une extension vers des projets pour des unités de soudage et de peinture. C’est projet permettront d’augmenter le taux d’intégration de 28% à 36% a-t-il souligné.

BAIC Algérie qui a mis sur le marché trois modèles, qui se résument dans le 4×4 X25, et la D20, et un pickup compte sur la compétitivité de ses prix pour décrocher des parts importantes du marché. «  Nous avons le véhicule le moins cher du monde » a-t-il garanti. A ce propos, il a indiqué que « même avec l’importation des véhicules de moins de trois ans, nous n’allons pas être impactés, car sur le plan prix, nous sommes très concurrentiels ».

En effet, il table sur le modèle D20, qui est cédé à 1,5 millions de dinars, en toute option pour battre tous les autres prix préposés par les concurrents. Après le déblocage de ses Kits CKD et SKD, BAIC prévoit l’assemblage de 8000 unités d’ici à la fin de l’année, avec une capacité d’assemblage de 150 unités par jour

Le volet lié à l’exportation est un segment essentiel pour les promoteur de ce projet

D’ailleursBAIC industrie Algérie, a obtenu dejà obtenu selon son PDG l’exclusivité d’exporter une partie de sa production vers Baic dans la région Mena. De ce fait, et à ce jour, plusieurs pays ont exprimé leur souhait d’acquérir les véhicules qui sont montés à l’usine de Batna. « Il y a la Tunisie, l’Egypte, et la Mauritanie qui souhaitent importer nos modèles et même des pays européens, tels que l’Espagne ou l’Italie ».

Pour cela le groupe a tracé une stratégie, on se basant sur l’augmentation du taux d’intégration, qui touchera la grande majorité de véhicules. « Nous allons même produire des pièces liées au moteur », a indiqué encore le patron du groupe.

Sur une autre perspective, la maison mère est prête à lancer une autre usine en Algérie. Plus clair , Sariak Nouredine, a révélé que son groupe a négocié avec la maison mère en Chine afin qu’elle  lance un projet qui dépasse les 130 millions d’euros à Batna. Ce véhicule utilitaire sera aussi livré à un prix imbattable, avec mois d’un million de dinars. C’est une filiale de BAIC en Chine qui s’en charge de se projet a-t-il indiqué.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -