« En moyenne, nous enregistrons un cas de bébé diabétique par jour, d’ailleurs, il y quelques heures seulement, un enfant de deux ans a été transporté vers l’hôpital afin de recevoir les premiers soins », nous confie par téléphone, il y’a quelques heures, Azzedine Hadri, président de l’Association pour jeunes diabétiques (AJD) de Skikda.

L’incidence de la maladie va crescendo. Elle touche même les nouveau-nés et les bébés. Des diabétiques ne savent pas aussi qu’ils le sont.  Prés de 5% des personnes dépistées à Skikda, ignorent qu’ils sont diabétiques.

C’est ce que nous a également déclaré Azzedine Hadri, selon les données recueillies lors de la campagne de sensibilisation et d’éducation thérapeutique, qui s’est tenue la semaine écoulée aux ex-Galeries de Skikda.

« L’opération de dépistage a touché 500 personnes. Parmi ces dernières, 20 ont été déclarées diabétiques, alors qu’ils ne le savent même pas », a tenu à préciser notre interlocuteur.

Les diabétiques à Skikda ne sont pas officiellement recensés, mais leur nombre peut atteindre les 200 000 personnes, selon le président de l’AJD, correspondant à près de 15% de la population globale de Skikda.

A rappeler que lors de la campagne, des jeux éducatifs développant l’intelligence des enfants diabétiques ont été présentés. Parmi eux, le cube rubik et le soroban. « Notre objectif placé sous le slogan ‘’l’handicap peut être aussi une source d’énergie’’, est de permettre aux enfants diabétiques de s’imprégner des préceptes de l’intelligence artificielle », selon les dires de Azzedine Hadri.

L’AJD de Skikda a été fondée en 2014. Son président est un ancien membre actif de l’Association Zahra des diabétiques, dirigée des années durant, et avec brio, par feu Noureddine Bouaakrif, décédé le lundi 6 mars 2017 à Alger. Actuellement, l’AJD ne dispose d’aucun bureau et n’a reçu aucune subvention de la part des autorités compétentes. Son lien au monde extérieur demeure, notamment, sa page Facebook éponyme.

Malgré cette marginalisation, l’AJD continue d’animer la scène locale en actions de proximité et, surtout, de projeter des initiatives d’envergure à l’avenir. Parmi ces dernières, on peut citer la mise en place d’une Agence d’assistance sociale, dont la missions est d’assister les malades diabétiques, notamment en les transportant vers les hôpitaux et structures de santé, en leur assurant des garde-malades.

« Il n’en demeure pas que notre priorité actuelle demeure notre dotation en bureau. L’ancien chalet de la Banque de sang, à l’ex-Galbois, actuellement un lieu de débauche, peut en faire l’objet. Nous voulons le récupérer et l’aménager pour y faire l’éducation thérapeutique », a conclu Azzedine Hadri.

Par Zoheir Zaid

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here