dimanche, novembre 29, 2020

Bâtonnat d’Alger: la colère

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Toutes les arrestations opérées parmi les manifestants ou en relation avec le soulèvement du 22 février “sont illégales et arbitraires”.

L’Ordre des avocats d’Alger ne veut pas apporter une quelconque caution aux violations des lois dont use le pouvoir, en assistant aux auditions des détenus du mouvement populaire. Il menace même de recourir “au boycott des auditions”, notamment “celles des détenus du mouvement populaire”, si les autorités “persistent dans la violation des droits et libertés”. Dans une déclaration rendue publique avant-hier en fin de journée, à l’issue de la rencontre de ses membres, tenue à Alger, le Bâtonnat d’Alger a réaffirmé son soutien au mouvement populaire et dénoncé “les multiples formes de violation des libertés et des droits élémentaires des citoyens, notamment le droit de manifester et la liberté d’expression”.

Le bâtonnat considère que toutes les arrestations opérées parmi les manifestants ou en relation avec le soulèvement du 22 février “sont illégales et arbitraires”. “Nous dénonçons toutes les arrestations et les détentions qui ont ciblé des manifestants pacifiques”, car “cela relève d’une violation flagrante des droits et des libertés, garantis pourtant par la Constitution”, mais “aussi par des conventions et des accords internationaux”, ont écrit les avocats adhérents au Bâtonnat d’Alger.

Dans son analyse de la situation, le Bâtonnat de la capitale n’a pas été tendre avec les tenants du pouvoir et leurs pratiques. “Nous sommes à la fois étonnés et choqués par les pratiques répressives dont sont victimes les manifestants pacifiques, qui expriment pourtant leur indignation face à ces mêmes pratiques arbitraires”, lit-on dans la déclaration, rappelant que “l’indépendance de la justice et des magistrats est l’une des revendications phare du mouvement populaire”.

Plus précis dans ce qu’il dénonce, le bâtonnat a souligné qu’il est “témoin”, depuis une période, “de toutes ces violations des lois et des procédures qui attentent aux plus élémentaires des droits et des libertés, mais également aux droits de la défense, qu’il soit devant les services de sécurité ou devant les autorités judiciaires”. Dans la déclaration signée par le bâtonnier Me Sellini, il est précisé que, selon la loi, un prévenu “peut légalement appeler ses proches ou un avocat”. Or, visiblement, “les personnes arrêtées n’en avaient pas bénéficié”, dénonce l’Ordre des avocats d’Alger.

La même déclaration a dénoncé, encore, “le recours abusif aux mandats de dépôt”. Des incarcérations qui ont touché “toutes les couches de la société”, malgré “leur comportement exemplaire et pacifique lors des manifestations”. Pour le Bâtonnat d’Alger, “ces pratiques sont en porte-à-faux avec les aspirations du citoyen qui aspire à mettre sur pied une justice indépendante en laquelle il aura confiance”. Par ailleurs, le bâtonnat a souligné qu’il s’en tient toujours à toutes ses récentes déclarations de soutien au mouvement populaire et à ses aspirations à fonder un État de droit et une justice indépendante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

L’Algérie procèdera à la réalisation progressive de centrales électriques

Le Président directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras a affirmé, mercredi à Blida, que l'Algérie procèdera désormais à la réalisation "progressive" de...

Lancement de la 1ère édition du Forum des Transports lundi prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani supervisera lundi prochain le lancement de la première édition du "Forum des Transports" qui s'inscrit dans le cadre...

Complexe El-Hadjar: importation de l’acier brut pour résoudre le problème d’approvisionnement

Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar (Annaba) sera autorisé à importer de l'acier brut en cas de production locale déficitaire, pour résoudre le problème d'approvisionnement en...

Dans la même catégorie

- Advertisement -