mardi, février 18, 2020

Blida : pour une révision de la loi sur le remboursement des radios et analyses médicales

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Des participants à une rencontre, ayant réuni jeudi à Blida, des cadres de l’agence locale de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et des représentants d’associations caritatives de la wilaya, ont lancé un appel aux autorités publiques en vue de la révision de la loi fixant le taux de remboursement des radios et des analyses médicales.

« Si la CNAS assure un taux de remboursement acceptable sur les médicaments, il n’en est pas de même pour les radios et les analyses médicales, dont le remboursent est quasi inexistant », ont soutenu des intervenants à cette rencontre, estimant que cette situation constitue « une importante charge (financière) pour les malades, dont particulièrement ceux atteints du cancer, de maladies graves ou chroniques », ont-ils souligné.

Selon Baghdadi Reda, représentant de l’association « El Badr » d’aide aux malades du cancer, « les dépenses inhérentes aux médicaments, radios, analyses et autres frais de transport nécessités pour un malade du cancer peuvent parfois dépasser les 100.000 da, à la fois », a-t-il fait savoir à l’occasion.

D’ou son appel pour des « textes de loi prenant en charge les personnes démunies, parmi les malades du cancer non assurés sociaux, parallèlement à une loi pour assurer leur protection et soutien financier, ceci d’autant plus », a-t-il ajouté, que de « nombreux malades souffrent de plusieurs maladies à la fois, rendant leur prise en charge financière par leur famille, fort difficile », est-il déploré.

Il est soutenu dans cette revendication par Saàdi Karima, représentante de l’association « El Fedjr » d’aide aux malades du cancer, qui a appelé, à son tour, à l' »actualisation de la loi de 2007 et son agrément, en vue d’assurer plus d’avantages aux assurés sociaux auprès de la CNAS ».

Même tempo pour le secrétaire général de la fédération de wilaya des retraités, Mohamed Kouhil, qui a mis en avant le fait qu’une majorité des retraités sont des personnes âgées souffrant de maladies chroniques, et partant requérant régulièrement des analyses et radios médicales, qui ne sont pas remboursées, appelant, par là, à l' »impératif de l’institution de lois pour remédier à cette situation préjudiciable pour leur maigre bourse », a-t-il estimé.

Les participants à cette rencontre ont abordé de nombreux autres problèmes dont se plaignent les assurés sociaux, notamment le remboursement des frais de transport d’une wilaya à une autre, et l’accélération des procédures de remboursement et de traitement des dossiers médicaux, pour une meilleur promotion de ce service public.

« Nous veillons à assurer un accompagnement des malades parmi les assurés sociaux, dans un cadre légal et humain, mais il se trouve que la CNAS est régie par une législation fixe, à laquelle il est impossible de déroger », a assuré, pour sa part, la directrice de l’agence locale de cette caisse, Samira Letreche.

Elle s’est, néanmoins, engagé à « transmettre les doléances exprimées durant cette rencontre au ministère de tutelle, en vue de trouver des solutions au service de l’intérêt général », a-t-elle dit, non sans affirmer que le « système de l’assurance sociale en Algérie est parmi les meilleurs ».

L’agence CNAS de Blida assure une couverture sociale à un taux de 90% de la population, représenté par plus de 1.288.000 assurés sociaux et ayants droits, sur une population globale d’1.300.000 âmes, selon les chiffres fournis durant cette rencontre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Telephonie : Huawei dope le nouveau Y6s

Vous Utilisez vos téléphones, tous les jours pour presque tout faire ? Que ce soit pour la simple utilisation...

Coronavirus: l’incertitude pour évaluer les conséquences économiques

Chiffrer les conséquences du coronavirus est un énorme défi. On peut les quantifier sur certains sujets grâce à un niveau satisfaisant de visibilité :...

Brandt: réinvente l’expérience télévisuelle et lance une nouvelle gamme de téléviseurs dernière génération

Brandt Algérie commence l’année 2020 en force et réinvente l’expérience télévisuelle en lançant le ART PAPER son fer de lance pour cette nouvelle gamme...

Croissance économique mondiale: tirée vers la baisse à cause de la Chine

« La projection (de croissance de l’économie mondiale) va être abaissée au moins pour la première moitié de 2020, en partie en raison de...

Tunisie : Il est temps d’exploiter la complémentarité des pays maghrébins dans le domaine économique pour faire face au fléchissement de la croissance mondiale

La conjoncture économique internationale enregistre un taux de croissance de 3% pour 2019 soit le taux le plus faible depuis la crise financière de...

Assurances: signature d’une convention de partenariat entre la SAA et Incubme

La société nationale d’assurance (SAA) et l’incubateur de startups algériennes "Incubme" ont signé, mardi à Alger, une convention de partenariat permettant de doter la...

Une organisation patronale alerte sur la dégradation de la filière tomate

La Confédération algérienne du patronat (CAP) a tenu mercredi une rencontre de travail avec la section nationale des conserveries et de la transformation des...

L’usine algéro-turque Tosyali : les entraves à la production et à l’exportation, évoquées

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a évoqué, mardi au siège du ministère, avec les représentants de l'usine algéro-turque de sidérurgie Tosyali implantée dans...

Dans la même catégorie

- Advertisement -