Bouira se révolte : Nuit d’émeutes après la mort d’une parturiente

Des émeutes ont éclaté dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville de M’chedallah (40 km à l’est de Bouira) suite au décès d’une parturiente à l’hôpital de cette ville. Les protestataires ont accusé le personnel médical de cet établissement de santé de ne pas avoir convenablement pris en charge la patiente.

Selon les informations du Soir d’Algérie, la défunte est âgée de 28 ans et se trouvant dans un état grave a été admise à l’hôpital de M’chedallah dimanche soir, mais, l’inexistence d’un gynécologue ont poussé les médecins de l’orienter vers l’hôpital de Lakhdaria (40 km au nord-ouest de Bouira).

Ayant constaté que la patiente présentait une fièvre élevée, les médecins de M’chedallah ont même soupçonné un cas de covid-19 ce qui a mis le personnel médical dans un état de panique, rapporte la même source, en précisant que ce qui a provoqué la colère des citoyens c’est la non-disponibilité de l’ambulance pour évacuer la patience à temps. « La pauvre a du galérer longtemps avant d’être transférée mais, c’était déjà trop tard : le bébé mourra en cours de route et la maman succombera peu de temps après au niveau de l’hôpital de Lakhdaria », relate le journal. La défunte a laissé derrière elle deux enfants ; une fille et un garçon, en bas âge.

« Des jeunes s’en prirent au personnel médical et administratif de l’hôpital de M’chedallah, avec une colère indescriptible ; ce qui a poussé les responsables de l’hôpital à faire appel à la force publique. Et avec l’intervention des forces anti-émeutes de la police, des échauffourées éclatèrent avec des jets de pierres d’un côté et des bombes lacrymogènes de l’autre pour disperser les jeunes en furie. Et ce n’est que vers les coups de deux heures du matin que le calme est revenu », relate la même source.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -