Emploi : de plus en plus de cadres tunisiens, français, norvégiens et saoudiens à la recherche d’opportunités de travail en Algérie

En termes d’attractivité de jeunes cadres à la recherche d’opportunité de travail, l’Algérie a fait un bond de la 114eme place en 2014 à la 83eme en 2018 sur 197 pays concernés par ce classement, selon le site spécialisé, Emploitic. Le rapport fait état des résultats d’une enquête mondiale de 366 000 personnes dans 197 pays menée par Boston Consulting Group BCG, premier cabinet international de conseil en gestion et stratégie d’entreprise en collaboration avec THE NETWORK , le réseau mondial qui regroupe les plus grands sites de recrutement, dont Emploitic le leader de l’emploi en ligne en Algérie.

Les Tunisiens viennent en tête des nationalités qui souhaitent venir travailler en Algérie. D’autres pays comme le Benin, la France, l’Arabie saoudite ou encore la Norvège font partie de la liste des pays dont les travailleurs souhaitent tenter une expérience professionnelle en Algérie.

En Algérie, l’étude a été menée sur « 27% de femmes, et 71% d’hommes. Les personnes de 27 ans à 37 ans, les interviews ont visé une population cible majoritairement universitaires et diplômés, des bacheliers et étudiants ont aussi participé au sondage. Par ailleurs, les employés dans les filières industrielles et manufacturières, ceux du secteur public ou ceux travaillant dans l’administration des affaires sont plus fortement représentés dans l’enquête de Boston Consulting Group » indique le communiqué.

Il en ressort, que 84% des algériens sont prêts à s’expatrier pour un emploi.
Visant essentiellement, le Canada, la France et l’Allemagne, les Emirats arabes unis, le Royaume Uni, la Belgique, le Qatar, la Suisse et l’Espagne, comme destination. Il n’en demeure pas moins que leurs motivation sont les opportunités d’apprentissage et de formation, les possibilités offertes pour le développement de la carrière et la stabilité financière des employeurs .Ainsi, 86 % de la communauté des universitaires (Licence, Master doctorat ou équivalent,), se disent, selon le même document, prêts à tenter l’aventure.

Aussi paradoxale que clair, le constat est sans appel. A l’heure ou l’Algérie attire de plus en plus de talents internationaux, les graines, les bourgeons du pays, préfèrent faire le chemin inverse pour bâtir leurs vies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici