Epidémie de choléra : 2 décès et 31 cas de guérison sur 45 cas confirmés

C’est le feuilleton de l’été qui a provoqué une panique général, des entrailles du pouvoir jusqu’aux chaumières les plus reculées du pays. L’apparition de la maladie infectieuse, le Choléra que l’on croyait banni du langage médical en Algérie, a exacerbé la peur au sein de la population à cause notamment de la réaction tardive des autorités concernées sensées communiquer pour rassurer la population.

En désarroi, la population se retrouve encore dans une situation détresse prolongée surtout lorsque les raisons de l’apparition de la maladie restaient méconnues. Même les contradictions dans les déclarations de responsables qui se sont exprimé plus tard ne sont pas faites pour atténuer la frayeur. Fort heureusement, on s’achemine vraisemblablement vers la fin la maitrise de la maladie, si l’on croit l’APS.

Un total de 31 malades du choléra sur 45 atteintes confirmées depuis l’apparition de cette épidémie à la mi-août courant, se sont rétablis de leur maladie après avoir reçu les soins nécessaires au niveau de hôpital de Boufarik, a annoncé, aujourd’hui , le spécialiste en épidémiologie au niveau de cet établissement, DR Amine Abdallah.
Depuis l’apparition de l’épidémie à ce jour, l’hôpital de Boufarik a accueilli 129 malades présentant les symptômes du choléra et issus de quatre wilaya, soit 98 cas de Blida, 18 de Tipasa et 11 d’Alger, outre deux nouveaux cas reçus samedi, et issus de la ville de Khmiss Miliana (Ain Defla), a indiqué à l’APS DR Abdalilah, en marge d’une visite du wali Mustapha Layadhi à cet établissement hospitalier.

Les analyses effectuées par l’Institut Pasteur ont confirmé 45 cas de choléra parmi lesquels 31 ont quitté l’hôpital après guérison, a-t-il ajoute, précisant que le staff médical a traité tous les cas accueilli, présentant tous des vomissements et des diarrhées aigües, comme étant atteints de choléra, avant la confirmation de la maladie par les analyses médicales. « Une mesure qui a permis d’endiguer la maladie », a-t-il relevé.

Le praticien a assuré, en outre, que le malade atteint du choléra peut guérir dans un délai de trois jours au maximum, après avoir bénéficié du traitement adéquat, « mais la direction de l’hôpital ne l’autorise pas à sortir jusqu’à confirmation de l’absence totale de bactérie dans son corps », une confirmation obtenue auprès de l’Institut Pasteur, après analyses, a souligné le spécialiste.

Samir Bouayad

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici