Algérie-France : les archives désormais à la portée des chercheurs et universitaires

Une bonne nouvelle pour les universitaires et chercheurs enclins à travailler sur des sujets relatifs à l’Histoire notamment ceux en rapport avec la guerre d’Algérie. Un vœu pieux exaucé pour beaucoup de chercheurs et d’historiens.

En effet, le président française, Emmanuel Macron, a décidé de faciliter l’accès, dès mercredi, aux archives classifiées de plus de 50 ans, y compris celles relatives à la Guerre de libération nationale (1954-1962), indique mardi un communiqué de la présidence de la République française.

Cette décision a été prise afin de « permettre aux services d’archives de procéder dès mercredi aux déclassifications des documents couverts par le secret de la Défense nationale jusqu’aux dossiers de l’année 1970 incluse », précise la même source, ajoutant que « cette décision sera de nature à écourter sensiblement les délais d’attente liés à la procédure de déclassification, s’agissant notamment des documents relatifs à la Guerre de libération nationale (Algérie) ».

Cette annonce intervient une semaine après la reconnaissance par le Président Macron, « au nom de la France », que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été « torturé et assassiné » par l’armée coloniale en 1957.

Cette décision « démontre que nous allons très vite », note la même source, relevant que sa portée dépasse le cadre de l’Histoire de l’Algérie et que le Président français a répondu favorablement aux attentes de la communauté universitaire qui se plaignait notamment des « difficultés d’accès aux archives classifiées de plus de 50 ans en raison de l’application scrupuleuse d’une circulaire sur la protection du secret de la défense nationale ».

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -