Intempéries à Skikda : un danger permanent guette la population  

Les intempéries à Skikda donnent, à chaque fois, l’image d’une ville ressemblant à Venise, les gondoles en moins.

En effet, en dépit des travaux de drainage des eaux pluviales, entamées ici et là, il s’avère qu’à chaque pluie, ce sont les inondations qui alimentent ruelles et voies. Le sujet domine dans les discussions de la vox-populi, relaya dans la presse tellement la situation devient intenable qui risque à chaque instant de provoquer l’irréparable. Il est temps pour les pouvoirs publics de prendre au sérieux la problématique des inondations dans cette ville.

Le curage des avaloirs par l’Office national de l’Assainissement (ONA), en été, ne semble pas assez efficace pour atteindre l’objectif souhaité. Il est nécessaire, à ce sujet, de relever, notamment, que le civisme fait défaut : les citoyens, champions dans le jet de tous objets par le balcon et en marchant, continuent, insouciamment, à obstruer les regards d’égouts, avec ce que tout cela engendre comme danger en cas d’averses.

Skikda, pourtant, a connu un passé assez glorieux et tragique en inondations. 1985, 1991, 2006, et ce pour ne citer que celles-ci, sont des dates-clés en la matière, avec leurs lots de dégâts matériels et humains, de familles déportées et d’autres lésées et vagabondées, de décès et de blessés, d’établissements scolaires fermés et d’écoliers englouties et privés de cours.

A cet égard, il est, à notre humble avis, impératif que le cas des inondations doive prioriser les actions des autorités locales de Skikda. Le recasement des indus-occupants des sites précaires (El-Match, Bouabaz, le Lac-des-Oiseaux) a, durant plus de deux ans, été au centre des préoccupations du wali de Skikda. N’est-pas opportun que celui se penche, avec la même détermination, pour résoudre le problème des inondations ? Espérons-le.

Skikda, n’est pas seulement les gourbis, cas qui n’est pas pour autant définitivement réglé qu’on le pense ! Skikda, n’est pas que la nouvelle ville de Bouzaaroura et son projet de logements AADL 1 qui dure depuis 2001 !!!! Skikda, n’est pas que les sorties vers ces communes déshéritées qui continuent de greloter de froid et dont les écoliers manquent de repas chaud, et dont les habitants sont des déshérités par excellence. Non

Skikda, c’est aussi cette maléfique inondation et obstruction des réseaux divers, qui montrent des signaux inquiétants à chaque hiver.

Skikda a été, pour rappel, décrétée zone à risque majeur, en 2006, suite aux récurrentes explosions qui ont endeuillé quelques complexes de la zone industrielle (Sonatrach). Parmi ces explosions, on s’en souviendra pour toujours de celle ayant touché, le 19 janvier 2014, le complexe de Gaz liquéfié (GL1K), faisant 27 morts et 74 blessés.

N’est-il pas aussi urgent de décréter Skikda, zone inondable par excellence, pour qu’elle bénéficie de programme d’envergure et d’un budget conséquent ? Ceci demeure notre vœu, et ce, afin de prévenir mort d’Homme.

Par Zoheir Zaid

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -