Journée mondiale du diabète : Laboratoires Eli Lilly et Sadiab unis contre la maladie

L’éducation thérapeutique en plein air

« L’Algérie est mieux lotie en matière d’accès aux soins pour les diabétiques, si nous la comparons au Maroc et à la Tunisie. »

Ce sont là, les propos du docteur Abdallah Mehdi Benabid, responsable médical au sein des Laboratoires Eli Lilly pour l’Afrique du Nord, lors de la célébration de la Journée mondiale du diabète, le 14 novembre.

Ajoutant : « L’exemple de l’insuline est illustratif de ce que je viens de dire : elle est remboursée à 100% en Algérie, alors que chez les pays voisins, elle ne l’est que si on est affiliés à la mutuelle. »

La comparaison sonne comme une bouffé d’oxygène pour les diabétiques, d’autant que, selon toujours notre interlocuteur, « Les pays de l’Afrique du Nord présente des similitudes en habitudes alimentaires. Nous sommes, en fin de compte, le même peuple, la même ethnie. »

« Malgré cela, poursuit-il, selon les statistiques de l’IDF Atlas, la prévalence du diabète en Algérie est de 6.8, alors qu’elle est entre 8 et 9 au Maroc, et de 9 en Tunisie. »

Pour rappel, Les Laboratoires Eli Lilly ont organisé en collaboration avec la Société algérienne de Diabétologie (Sadiab), une journée portes-ouvertes sur l’éducation thérapeutique des patients diabétiques, à l’esplanade de Riadh El Feth, le 14 novembre 2018, intervenant dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale du diabète.

Placé sous le thème de « La famille et le diabète », l’événement a été centré sur la promotion et l’explication de l’outil : ‘’La carte de conversation sur le diabète’’.

Au menu du programme, les Laboratoires Eli Lilly ont prévu 10 axes qui se sont articulés autour de : ‘’Vivre avec le diabète : généralités sur le diabète’’, ‘’Mode de fonctionnement du diabète : bien manger et bouger’’, ‘’Activité physique’’, ‘’diabète et soins des pieds’’, ‘’ Facteurs de risque et complications du diabète’’, ‘’Démarrer une insulinothérapie’’, ‘’Vivre en famille avec un diabétique de type 1 : Insulinothérapie fonctionnelle’’, ‘’Activité pour enfants diabétiques’’, ‘’Cuisine’’, et ‘’Diabète et grossesse’’.

Lilly a opté pour une organisation dynamique et vivace, qui s’est traduite par la mise en place d’ateliers sous des chapiteaux installés pour la circonstance. Des éducateurs, cliniciens, médecins et diététiciens de profil, y exerçant, ont été chargés du volet pédagogique, dans un cadre académique à caractère illustratif.

Les organisateurs ont tablé sur la communication grand public pour informer sur les bienfaits de l’exercice physique (pour lutter contre la sédentarité), et la primordialité de l’équilibre alimentaire (complémentarité à la prise de médicaments et l’injection de l’insuline), et ce, selon les types de diabète (type I et type II). Le diabète chez l’enfant n’est pas en reste, tout un Atelier, ‘’Activités pour enfants diabétiques’’, lui a d’ailleurs été consacré. Car comme révélé par un professeur, pas moins de 2 enfants chaque 5 minutes est affecté par le diabète. Et l’environnement en serait responsable. Nos enfants sont en danger, si on ne fera rien pour les sauver.

Les ateliers ont vu, à des degrés divers, l’improvisation de débats entre patients et éducateurs. Les conseils relatifs à l’hygiène diététique que devait suivre le diabétique, les interdits et les privilégiés en matière d’alimentation et les horaires de consommation, y ont été l’axe prépondérant de cet Atelier.

Zoheir Zaid

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -