Mobilisation citoyenne contre le 5ème mandat à Alger : Louisa Hanoune et de Saad Djaballah éjectés de la marche, évanouissement de Djamila Bouhired et accueil chaleureux d’Issad Rebrab par les manifestants  

Mobilisation citoyenne contre le 5ème mandat à Alger : Louisa Hanoune et de Saad Djaballah éjectés de la marche, évanouissement de Djamila Bouhired et accueil chaleureux d’Issad Rebrab par les manifestants

La majorité des partis de l’opposition ont battu le pavé, ce vendredi qui reste une journée mémorable de l’agenda politique du pays.

Plusieurs personnalités politiques, économiques et de la société civile ont pris part aux manifestations. Ils se sont mêlés dans l’anonymat au peuple, à l’image du candidat à l’élection présidentielle, Rachid Nekkaz, l’ex-président du RCD Saïd Saadi, Djamila Bouhired,  Arezki Ait larbi, Hanoune, le secrétaire générale du PT, Ali Benflis, le président de Front El Moustakbel, l’homme d’affaires Issad Rebrab, Louisa Hanoune, Abdallah Djaballah etc.

Luisa Hanoune a été accueillie avec méchanceté, à son arrivée à la marche.  Aussitôt, elle a été prise à parti par les manifestants. Ejectée de la marche par les manifestants,  elle a été extirpée ensuite  de la marche par sa garde rapprochée. Les marcheurs ont qualifié l’attitude  du PT et de  Luisa Hanoune  d’« opportunistes ».

La même mésaventure a été vécue par  Abdallah Djaballah qui a été fermement invité par les manifestant  à quitter la marche. Il exécute  sans trop brancher.

Par ailleurs, la Moudjahida s’est évanouie et a été évacuée à l’hôpital. Elle n’a pas supporté visiblement  la fatigue et la pression de la marche.

Pour sa part Rachid Nekkaz a joué le chat et la souris avec la police. Plusieurs fois,  Il est arrêté et conduit vers le siège de sa permanence situé près de la fac central, avant de revenir juste après. Nekkaz était aux anges, à chaque fois il retrouve la foule.

Au 1er mai, le fait inédit: la participation du président-fondateur du Groupe Cevital, Issad Rebrab. Il a rejoint le cortège des marcheurs au niveau de la place du 1er mai. Les manifestants l’ont accueilli à bras ouverts. Ravis de le voir rejoindre la masse, les marcheurs se sont approchés de l’homme le plus riche d’Algérie. Les manifestants ont scandé « Rebrab, Président », lui demandant de déposer son dossier de candidature à la magistrature suprême.

De son côté, Ali Benflis, ancien Premier ministre et président du parti Talaie Al Hurriyet, était à Alger-centre pour apporter son soutien aux manifestants contre le 5ème mandat, qu’il qualifié  d’«humiliation pour le peuple algérien ».

Interrogé sur la réponse du gouvernement, Ali  Benflis a répondu : « ce qui m’intéresse est que le peuple algérien reste uni autour d’une seule revendication qui est le rejet du 5e mandat, car il s’agit d’une humiliation du peuple algérien et une atteinte à sa dignité. Que le peuple décide comme il l’entend, nous sommes là pour le servir », réplique avec ferveur Ali Benflis.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -