Musique symphonique-Opéra d’Alger: une prestation à couper le souffle de l’orchestre français

Epoustouflant, la prestation de haute facture de l’orchestre français a émerveillé les profanes et spécialistes de la musique classique à l’opéra d’Alger.

« Ravi de revenir à Alger », le chef d’orchestre François Maugrenier, à la tête de l’ensemble français, « Koechel 440 » est venu prendre part au festival avec, cette fois-ci, un de cordes et d’instruments à vent d’une trentaine d’instrumentistes, et la voix lyrique à la tessiture large de la soprane Géraldine Casey qui a interprété une des quatre pièces restituant une partie de l’œuvre de W.A.Mozart, seul compositeur inscrit au programme proposé par l’ensemble français.

La cantatrice a notamment entonné avec une voix empreinte d’une puissance et d’un vibrato époustouflants, « Mozart, Airs de concerts », atteignant des octaves très aigues et bien supérieures aux normes ordinaires d’une voix féminine.

Les pièces proposées par les ensembles des trois pays ont permis au public d’apprécier le génie créatif des compositeurs et la virtuosité des musiciens qui se sont produit dans des atmosphères empreintes de solennité et de rigueur académique.

En présence des ambassadeurs et des représentants des missions diplomatiques accréditées à Alger des pays qui ont animé le deuxième soir du festival, le public a longtemps applaudi les trois ensembles, savourant « le génie et la magie de la musique symphonique », de l’avis d’une spectatrice, qui a estimé que celle-ci, « fait désormais partie de l’univers culturel algérien ».

Outre l’Algérie, seize pays dont l’Allemagne, la Tunisie et la Chine, participent à ce festival, organisé sous l’égide du ministère de la Culture, en collaboration avec l’Opéra d’Alger et l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (Onda).

Le 11e festival culturel international de musique symphonique se poursuit jusqu’au 17 octobre à l’Opéra d’Alger.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -