lundi, mars 8, 2021

Palabre sur Promesse de bandit écrit par Ahmed Gasmia : Naissance d’une mythologie algérienne

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

L’éditeur et écrivain Amar Ingrachen (éditions Frantz-Fanon) estime que l’histoire et l’intrigue dans le roman Promesse de Bandit s’inscrivent en rupture totale avec tout ce qui a été écrit jusqu’à présent dans la littérature algérienne.

Lors d’une rencontre littéraire, samedi, au siège du journal Maghreb Emergent, à Alger, il a cité trois points essentiels qui distinguent le roman d’Ahmed Gasmia. L’histoire se passe dans les steppes algériennes, un espace peu ou pas du tout présent dans la littérature algérienne. Le deuxième point est, explique l’éditeur, «sa façon absolument nouvelle de parler de l’Algérie». Enfin, le roman (et son message) est «une leçon du possible», loin du défaitisme, du pessimisme et de la sinistrose ambiants, y compris dans la littérature algérienne.

«L’histoire est simple. C’est un bandit qui veut devenir célèbre et qui découvre plusieurs chemins. C’était au XIXe siècle. En France, la construction de la tour Eiffel n’était pas encore achevée. En Algérie, avec le début de l’occupation française, c’était le temps des incertitudes. Mais malgré cela, il y avait des Algériens qui avaient une vie, des rêves à réaliser. Les algériens n’étaient pas des figurants et n’étaient pas défaitistes. Ils ne réagissaient pas, ils agissaient. Les algériens sont capables de faire de grandes choses. Vivre malgré l’occupation était aussi une certaine façon de résister», fait remarquer Ahmed Gasmia. Au cours de son intervention, il cite le film Braveheart de Mel Gibson qui montre des Ecossais sous occupation anglaise, mais qui n’étaient pas brisés psychologiquement.

L’auteur voulait aussi montrer des héros qui ne meurent pas à la fin de l’histoire, contrairement à une certaine «logique» bien de chez nous. Tout, estime-t-il, est dans l’état d’esprit de l’individu ou à l’échelle d’une nation. Aussi, le vrai changement ne vient pas par une révolution technologique, mais c’est l’Homme qui doit changer.

«Le défi d’Ahmed Gasmia, à mon avis, c’était de déchirer cette camisole de force de la grande histoire par l’intermédiaire d’un roman qui raconte de petites histoires», estime encore Amar Ingrachen.

La Promesse de bandit est un «western algérien», l’éditeur du roman.
Pour Ingrachen, la notion de «rêve américain» vient justement des œuvres de Mark Twain (1835-1010) et la mythologie western durant la conquête de l’Ouest a fait de belles, pas de tristes histoires, malgré les difficiles conditions de vie de cette période de l’histoire des Etats-Unis. D’ailleurs, fait-il remarquer, dans la Grèce antique, la mythologie et la science allaient ensemble et le feu dérobé aux dieux par Prométhée afin de le donner aux hommes, c’était la science et la puissance matérielle. Le film qui montre un Abraham Lincoln jeune chasseur de vampires, il faudrait le comprendre dans le symbolisme et le mythe du vampire de celui qui suce le sang des autres, c’est-à- dire l’esclavagiste.
«Nous aussi nous avons besoin d’avoir notre propre mythologie», conclut Ahmed Gasmia.

La discussion et les débats lors de cette rencontre littéraire étaient très intéressants. De la discussion jaillit la lumière et cette lumière ce sont les idées.
Source Kader B, Soir d’Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Economie / Monde: la femme toujours défavorisée par rapport à l’homme

Les pays avancent à petits pas vers une plus grande égalité entre les sexes mais, à travers le monde,...

Selon Jerome Powell: L’économie toujours impactée par la Covide-19

La reprise de l'économie américaine reste "inégale et loin d'être complète" et il faudra "un certain temps" avant que la Réserve fédérale envisage de...

Zone Euro: l’inflation est de retour depuis 6 mois

Le taux d'inflation dans la zone euro est redevenu positif en janvier pour atteindre 0,9% sur un an, son plus haut niveau depuis six...

General Motors-la filial Cruise: Microsoft investit 2 milliards dollars pour le développement du véhicule autonome

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) et sa filiale Cruise ont conclu un partenariat stratégique de long terme avec Microsoft, destiné à accélérer...

France: vers un rebond 5,5% du BIB selon le FMI

La France doit commencer à élaborer dès à présent un plan pour contenir sa dette dès que l'économie aura fermement surmonté la crise due...

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le fer, le gypse, la fluorine-barytine...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Dans la même catégorie

- Advertisement -