lundi, septembre 23, 2019

Panel-parti politique: Bahbouh estime que Le dialogue est meilleur moyen pour sortir de la crise

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le président de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Nourreddine Bahbouh, a affirmé, lundi, que le dialogue était pour son parti « le meilleur moyen » pour sortir de la crise que vit le pays, apportant « son soutien » à la démarche de l’Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM).

Lors d’une conférence de presse animée à l’issue de sa rencontre avec le coordinateur de l’INDM, Karim Younes, M. Bahbouh a fait savoir que les discussions ont été « franches et fructueuse », mettant l’accent sur la nécessité de prendre toutes les mesures d’apaisement à même de sortir de la crise politique que vit le pays avant l’organisation de l’élection présidentielle.

Soulignant que la solution à la crise actuelle était « politique » et qu’elle passait par des mesures d’apaisement avant l’organisation de l’élection présidentielle, il a cité l’impératif de « l’ouverture des médias devant la classe politique, le départ du Gouvernement actuel et la libération des détenus arrêtés lors des manifestations. « C’est là les mesures d’apaisement incluses dans la plateforme de Ain Benian », a-t-il rappelé.

D’autre part, le président de l’UFDS a réitéré le refus de son parti de l’association au dialogue des formations politiques et parties à l’origine de cette crise, et de la proposition d’un Conseil constitutif et d’un candidat consensuel.

Il a suggéré, dans ce sens, que le prochain mandat présidentiel soit « transitoire » consacré à l’ouverture de plusieurs chantiers, particulièrement l’amendemant de la Constitution et de la loi électorale et la réforme du secteur de l’information.

Pour M. Bahbouh, les candidats à la prochaine élection présidentielle devront s’engager à ouvrir ces chantiers pour sortir le pays de la crise actuelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Présidentielles: 14 candidats à la candidatures connus

Quatorze (14) postulants à la candidature pour l'élection présidentielle du 12 décembre prochain ont retiré, jusqu'à ce vendredi, les...

Production industrielle publique: hausse de près de 5% au 1er semestre 2019

La production industrielle publique de l'Algérie, a enregistré une hausse de 5,6% durant le 2ème trimestre 2019, générée par des "améliorations appréciables" dans plusieurs...

Industrie: recul de la production dans trois secteurs

De janvier à juillet 2019, les données de l'ONS, relèvent, par ailleurs, que trois secteurs industriels ont enregistré un recul de production, par rapport...

Energie/ Gaz : Mohamed Arkab invité en Russie

Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a reçu jeudi au siège de son département ministériel, l'ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie, Igor...

Présidentielles du 12 décembre : révision des listes électorale à partir du 22 septembre

L'opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue le 12 décembre prochain, sera lancée à partir du...

Dans la même catégorie

- Advertisement -