Rabah Madjer : «On m’a poignardé dans le dos»

Le dernier passage de Rabah Madjer à la tête de la sélection nationale continue à le hanter. Il ne rate pas une occasion pour revenir à la charge de son éjection du poste de premier responsable à la tête de Verts après son échec. il dit avoir été poignardé dans le dos, sans citer les auteurs.

Dans un entretien accordé au journal Alarab du Qatar, celui qu’on surnomme « Allo Porto » dit avoir été poignardé dans le dos et qu’il a été la cible d’une campagne pour le chasser de son poste.

Estimant avoir souffert,  il s’est retiré au Qatar pour oublier cet épisode.  Selon ses propos, certains ont tenté de lui coller  une mauvaise réputation.  «Je ne regrette pas mon passage en équipe nationale. Mon amour pour mon pays n’a pas de limites. J’ai pris l’équipe dans un mauvais moment, ce qui a ouvert la voie à certains de s’en prendre à moi et tenter de salir mon image», regrette Madjer qui ajoute: «Je suis victime d’un complot, on a lancé une grosse compagne à mon encontre et on m’a poignardé dans le dos.».

Après les menaces proférée lors de son limogeage, Rabah Madjer est revenu à de meilleurs sentiments. Il  dira également à ce propos  qu’il n’a pas réclamé son dû, par amour à l’Algérie.  «Je suis parti sans faire de bruit et j’ai payé le prix fort. Savez-vous que j’aurais pu porter plainte à la FIFA afin de réclamer mon dû, mais je ne l’ai pas fait car mes principes et mon amour pour le pays m’ont empêché de le faire», tempère-t-il, avant de conclure en rappelant son procureur éphémère à la tête de l’EN. «Comment on peut-on dire que j’ai échoué puisque nous avons gagné 3 à 0 face au Centrafrique, 4 à 1 face à la Tanzanie et le Rwanda par 4 à 1 avec un effectif composé essentiellement de joueurs locaux», s’interroge-t-il.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -