mardi, février 18, 2020

Royaume-Uni: Un Britannique sur deux pense que le Royaume pourrait cesser d’exister dans les dix années à venir

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...
Un Britannique sur deux pense que le Royaume-Uni pourrait cesser d’exister sous sa forme actuelle dans les dix années à venir, selon  – Un Britannique sur deux pense que le Royaume-Uni pourrait cesser d’exister sous sa forme actuelle dans les dix années à venir, selon un sondage Ipsos MORI publié vendredi.

En 2014, en pleine campagne sur le référendum d’indépendance de l’Ecosse, ils n’étaient que 43% de cet avis.

A l’inverse, ils ne sont plus que 29% à penser que les structures actuelles du Royaume-Uni, héritées du traité d’Union de 1707, seront encore en place dans dix ans. Ils étaient 45% à partager cette opinion en 2014.

« L’opinion publique britannique est désormais bien plus divisée sur les perspectives de l’Union qu’elle ne l’était en 2014, lorsque l’avenir de l’Union était soumis à un débat intense à trois mois à peine du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse », note Emily Gray, directrice générale d’Ipsos MORI Scotland.

A l’époque, les Ecossais avaient rejeté l’indépendance par 55% des voix contre 45%.

Mais le Brexit a relancé les velléités des indépendantistes écossais tout en renforçant le camp nationaliste en Irlande du Nord, qui prône une réunification de l’île d’Irlande.

En Ecosse comme en Irlande du Nord, la sortie de l’Union européenne a été très majoritairement rejetée – par respectivement 62% et 56% des électeurs – lors du référendum du 23 juin 2016 tandis que dans l’ensemble du Royaume-Uni, le camp du Brexit l’emportait avec 52% des voix.

Le sondage Ipsos MORI a été mené entre les 25 et 28 octobre auprès d’un échantillon de 1.001 adultes âgés d’au moins 18 ans.

Source: divers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Telephonie : Huawei dope le nouveau Y6s

Vous Utilisez vos téléphones, tous les jours pour presque tout faire ? Que ce soit pour la simple utilisation...

Coronavirus: l’incertitude pour évaluer les conséquences économiques

Chiffrer les conséquences du coronavirus est un énorme défi. On peut les quantifier sur certains sujets grâce à un niveau satisfaisant de visibilité :...

Brandt: réinvente l’expérience télévisuelle et lance une nouvelle gamme de téléviseurs dernière génération

Brandt Algérie commence l’année 2020 en force et réinvente l’expérience télévisuelle en lançant le ART PAPER son fer de lance pour cette nouvelle gamme...

Croissance économique mondiale: tirée vers la baisse à cause de la Chine

« La projection (de croissance de l’économie mondiale) va être abaissée au moins pour la première moitié de 2020, en partie en raison de...

Tunisie : Il est temps d’exploiter la complémentarité des pays maghrébins dans le domaine économique pour faire face au fléchissement de la croissance mondiale

La conjoncture économique internationale enregistre un taux de croissance de 3% pour 2019 soit le taux le plus faible depuis la crise financière de...

Assurances: signature d’une convention de partenariat entre la SAA et Incubme

La société nationale d’assurance (SAA) et l’incubateur de startups algériennes "Incubme" ont signé, mardi à Alger, une convention de partenariat permettant de doter la...

Une organisation patronale alerte sur la dégradation de la filière tomate

La Confédération algérienne du patronat (CAP) a tenu mercredi une rencontre de travail avec la section nationale des conserveries et de la transformation des...

L’usine algéro-turque Tosyali : les entraves à la production et à l’exportation, évoquées

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a évoqué, mardi au siège du ministère, avec les représentants de l'usine algéro-turque de sidérurgie Tosyali implantée dans...

Dans la même catégorie

- Advertisement -