La situation au Venezuela constitue une autre source de bras de fer entre la Russie et les Etats Unies.  En effet,  la Russie a mis en garde, jeudi, les Etats-Unis contre « toute tentative d’intervention militaire au Venezuela », soulignant que cette démarche « aurait des conséquences désastreuses et ébranlerait les fondements du modèle de développement en Amérique Latine », ont rapporté  des journaux russes.

S’exprimant dans un entretien à la presse, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, a mis en garde contre une intervention militaire américaine au Venezuela, affirmant que « ce serait un scénario catastrophique qui ébranlerait les fondements du modèle de développement que nous voyons en Amérique latine ».

Commentant les événements récents, M. Riabkov a déclaré qu’ « un groupe de pays comprenant les Etats-Unis s’est engagé à utiliser diverses plates-formes, y compris l’Organisation des Etats américains (OEA) pour accroître la pression »sur le Venezuela.

« Je suis tout à fait convaincu que dans un avenir proche, il y aura de plus en plus de tentatives de dénigrement de la politique de Caracas, d’ajouter de l’huile sur le feu (…), d’entraver la poursuite du dialogue interne, de mettre un frein aux forces constructives, y compris celles qui ont été proposées pour faciliter le dialogue », a-t-il déclaré.

Ryabkov a réaffirmé à l’occasion « le soutien de Moscou au gouvernement vénézuélien actuel ». « Nous avons soutenu et continuerons à soutenir notre ami et partenaire stratégique, le Venezuela (…). Nous serons à leurs côtés, garantissant la souveraineté et combattant les attaques inadmissibles contre le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures », a-t-il souligné.

Le diplomate a déclaré que « la coopération économique entre la Russie et le Venezuela se poursuit dans divers domaines ». « Nous n’avons aucune intention de mettre fin à cela », a-t-il soutenu.

Le président du Parlement, instance non reconnue par le gouvernement, Juan Guaido s’est autoproclamé mercredi « président » devant des dizaines de milliers de partisans qui manifestaient à Caracas défiant Nicolas Maduro.

Le président américain, Donald Trump, a reconnu Juan Guaido comme « président par intérim » et a déclaré qu’il utiliserait tous « les outils économiques et diplomatiques pour rétablir la démocratie au Venezuela ».

Le président Nicolas Maduro a affirmé que la déclaration du président américain constitue une « tentative de coup d’Etat » et a décidé de rompre les relations diplomatiques avec Washington donnant 72 heures à ses diplomates de pour quitter le territoire vénézuélien.

Maduro a qualifié M. Guaido de président « non constitutionnel », alors que l’armée vénézuélienne a décidé de défendre « la Constitution et non pas un Président imposé ».

« L’armée vénézuélienne ne reconnaîtra par le président du parlement Juan Guaido en tant que Président », a déclaré mercredi soir le ministre de la Défense, Vladimir Padrino Lopez sur son compte Twitter.