HomeDiversThéâtre:La pièce "L'honneur d'un guerrier" présentée à Alger

Théâtre:La pièce « L’honneur d’un guerrier » présentée à Alger

« L’honneur d’un guerrier », une nouvelle production du Théâtre régional Mahmoud-Triki de Guelma, dédiée aux Algériens enrôlés de force dans l’armée coloniale pour combattre les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), a été présentée mercredi à Alger.

Accueillie à l’auditorium du Palais de la Culture Mouffi-Zakaria, la pièce raconte en 75 minutes l’histoire de deux Algériens, tranchés dans la périphérie de l’Alsace, à la frontière de la France avec l’Allemagne.

Mis en scène par Chawki Bouzid sur un texte de Halim Rahmouni, le spectacle évoque la Seconde Guerre mondiale, à travers l’histoire de Mansour, emmené de chez lui le jour de son mariage et enrôlé de force dans les troupes de l’armée française, à la place d’un fils de Caid, et de Bachir, son frère d’armes, qui rejette la guerre et la participation de ses compatriotes à ces combats contre l’Allemagne.

Les comédiens Khalil Djebari et Larbi Bahloul, qui ont incarné respectivement les personnages de Mansour et Bachir, ont étalé sur scène toutes leurs prouesses artistiques à travers un jeu de bonne facture, porté par un texte de haute symbolique.

Divisé en deux, l’espace comprend, en plus du volet classique visuel représenté par le champ de bataille (Alsace), un espace radiophonique (sonore), incarné par quatre comédiens qui ont eu à interpréter une trentaine personnages présents dans le bar, la fête, ou encore l’infirmerie. Les effets sonores sont créés sur place, relevant ainsi le défi de recréer une atmosphère de studio radiophonique des années 1940, explique Halim Rahmouni, également directeur du Théâtre régional de Guelma.

Evoquant des difficultés financières rencontrées pour le montage de ce spectacle, M. Rahmouni souligne que l’idée de diviser (en deux) l’espace est un choix du metteur en scène dans une démarche visant à mettre en valeur tous les personnages et les faits ornant l’histoire des deux combattants. La musique, signée Hamdi Laaribi, accompagne et soutient les différentes situations et les bouleversements de cette histoire dans une création musicale très recherchée.

- Advertisement -
Must Read
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -