dimanche, avril 5, 2020

TIGZIRT : Spectaculaire site dévoilé par la marée basse, une ville romaine émerge de la mer

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La plus grande partie des vestiges de la ville romaine de Tigzirt se
trouve enfouie sous les eaux de la mer Méditerranée. Ainsi, les ruines visitées quotidiennement par les touristes ne sont que la partie visible de l’antique Iomnium. Telle est la réalité dévoilée fortuitement, ces derniers jours, par un phénomène naturel indépendant de toute intervention humaine. Une marrée basse qui dure encore au niveau de la mer permet, en effet, à de nombreux rochers comme Ich Ikkerri d’émerger.

Mais ce n’est pas le plus important. Le phénomène le plus intéressant est enregistré à quelques mètres de la terre ferme tout près du port du côté de la grande plage. La plus grande partie de la ville antique d’Iomnium, comme la mythique Atlantide ville d’Ulysse, se trouve sous les eaux. La marrée basse, accentuée ces derniers jours, laisse donc apparaître des voûtes, des pierres angulaires, des poutres et autres parties des bâtisses construites par le gouverneur romain d’origine berbère Septime Sévère.

Les vestiges, éparpillés sous les eaux, s’étendent jusqu’à des dizaines de mètres au large. Mais comment un patrimoine aussi riche s’est-il retrouvé enfoui sous les eaux ? Il faut savoir que les visiteurs sont très nombreux à venir observer ce phénomène. Sur place, les curieux prennent des photos et se posent de nombreuses questions. Voulant en savoir un peu plus, on a posé la question à des Tigzirtois âgés et des archéologues. Pour nos nombreux interlocuteurs, les vestiges apparaissent rarement car une marrée basse ordinaire ne peut tout dévoiler.

Mais en fait, la réponse ce sont quelques personnes âgées qui l’ont donnée. Leur thèse est par la suite confirmée par de jeunes archéologues. «Je me souviens que mes parents me racontaient que l’armée française avait détruit une grande partie de la ville pour en faire un terrain d’atterrissage d’hélicoptères. La partie Nord de la ville serait enfouie sous l’esplanade des ruines qu’on visite quotidiennement.

Une autre partie a été carrément déblayée, en poussant les vestiges avec des bulldozers dans la mer. Cette partie située à proximité du vieux rocher et du port a, elle, été carrément jetée à la mer pour faire passer une route. Enfin, le phénomène met en lumière le peu d’importance qu’accordaient les autorités coloniales au patrimoine local. La direction de la culture de wilaya en fait-elle mieux ? Une grande partie de l’ancienne ville de Tigzirt est construite sur les vestiges de la partie Sud de l’antique ville d’Iomnium. Aujourd’hui, il ne reste plus que la petite partie, où se trouvent la basilique et le casernement.

Akli N.

Articles récents

Le ministère de l’Energie réfute les rumeurs et assure l’ouverture des stations-service

Tout le réseau de stations-service national reste ouvert 24h/24 et 7/7 jours à travers tout le territoire national contrairement...

Coronavirus: la BNA rassure sur la continuité de ses services

La Banque nationale d’Algérie (BNA), a rassuré mercredi dans un communiqué, sur la continuité de ses services sur tout le territoire national, appelant ses...

Secteur industriel public: hausse de 2,7% de la production en 2019

La production industrielle du secteur public, a augmenté de 2,7% en 2019, malgré un recul de 3,6% durant le 4ème trimestre, a appris l'APS...

FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement

Garantir le fonctionnement des secteurs essentiels, éviter les perturbations économiques excessives, fournir suffisamment de ressources aux personnes touchées par la crise, maintenir le commerce...

L’Algérie prête à faire face à la pandémie du Covid-19 et à la chute des prix du pétrole

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, mardi soir lors d'une rencontre avec des médias nationaux diffusée à la Télévision publique,...

COVID-19 : recul de l’activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars

Le directeur central de la communication et des relations publiques de l’Entreprise nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers (Naftal), Djamel Cherdoud,...

La production et les stocks des céréales aident à protéger les marchés alimentaires

La production mondiale de blé prévue pour 2020, en plus des stocks relativement amples, devrait aider à protéger les marchés alimentaires pendant la tempête...

La BAD lève 3 milliards de dollars pour atténuer l’impact de la pandémie en Afrique

La Banque africaine de développement notée triple-A a levé un montant remarquable de trois milliards de dollars sur les marchés financiers internationaux à travers...

Dans la même catégorie

- Advertisement -