Ahmed Gaid Salah : « l’application de l’article 102 de la Constitution pourrait être une solution »

0
89

La grande muette s’est finalement exprimée sur la situation politique du pays liée l’élection présidentielle avant son annulation par le président sortant.   Une situation qui risque de conduire à un vide constitutionnel.

Mais, aujourd’hui, mardi 26 mars, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, a déclaré que l’application de l’article 102 de la Constitution pourrait être une solution à la crise latente.  L’article 102 de constitution prévoyant l’état d’empêchement du président de la République.

« Il faut adopter une solution qui garantit la satisfaction de toutes les revendications légitimes du peuple algérien », a annoncé le Vice-Ministre de la Défense, soulignant   que l’empêchement « préserve le respect des dispositions de la Constitution et la continuité de la souveraineté de l’État, une solution de nature à être acceptée de tous ».

« C’est une solution prévue par la Constitution dans son article 102 », a expliqué Ahmed Gaïd Salah dans une allocution prononcée lors de sa visite dans la 4e région militaire (Ouargla).

Selon la Constitution, c’est le Conseil constitutionnel qui est habilité à déclencher la procédure de destitution du chef de l’État en appliquant l’Article 102.

Il faut dire que la déclaration du N° de la Défense nationale ne souffre d’aucune ambiguïté. Elle constitue une première étape à la solution de la crise que traverse le pays.

Quant à la suite, il faut s’attendre maintenant à l’accélération des évènements notamment par la réunion du Conseil constitutionnel pour déclencher le processus de la vacance du poste de président de la République.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here