Algérie-Portugal : le ministre Said Djellab appelle les sociétés portugaises à investir dans le Sud

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab a appelé les sociétés portugaises à investir dans les nouvelles zones d’activité dans le sud, lesquelles jouissent d’avantages particuliers, a indiqué, mardi, un communiqué du ministère du Commerce.

Lors de ses entretiens, lundi, avec l’ambassadeur du Portugal, Carlos Manuel Folhadela de Macedo Oliveira, M. Djellab a mis l’accent sur « l’importance des investissements portugais en Algérie dans divers domaines, d’autant que le Gouvernement algérien a accordé aux régions frontalières et aux nouvelles zones d’activité la priorité dans le développement, appelant les sociétés portugaises à investir dans ces régions jouissant d’avantages particuliers ».

Le ministre a affirmé son plein attachement à relever les quotas d’exportation hors hydrocarbures et à créer des mécanismes dans la perspective d’établir de nouveaux partenariats au sein de la Zone de libre-échange africaine (ZLECAf).

Au cours de la rencontre qui a permis d’évoquer plusieurs questions économiques d’intérêt commun, M. Djellab a souligné « l’efficacité » du partenariat entre les deux pays et le volume des investissements portugais en Algérie.

Il a exprimé, en outre, la disponibilité de son département ministériel « à poursuivre la concertation pour créer de plus importantes opportunités d’investissement et relancer la coopération entre les investisseurs algériens et portugais, à travers la reconstitution du Conseil d’affaires algéro-portugais ».

Pour sa part, le diplomate portugais s’est félicité des partenariats économiques établis à ce jour et du volume des échanges économiques, saluant les tentatives « sérieuses » des deux pays de trouver de nouvelles perspectives de coopération.

Près de 100 sociétés portugaises sont implantées en Algérie, a-t-il ajouté, qualifiant d' »acceptable » le volume des échanges commerciaux entre les deux pays.

Le ministre du Commerce avait annoncé auparavant que « l’Algérie planifie la création de zones économiques spéciales dans les régions frontalières de son grand Sud pour parvenir à une meilleure intégration économique avec le reste du continent africain ».

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -