HomeEconomieAlgérie possède plusieurs porte conteneurs: recours à l'affrètement des navires

Algérie possède plusieurs porte conteneurs: recours à l’affrètement des navires

« Techniquement, il est actuellement impossible pour l’Algérie de se passer d’affréter des navires pour transporter des marchandises en raison de la saturation de ce marché, qui est monopolisé par de grandes entreprises », a affirmé, Smail Larbi Ghomri, directeur du groupe algérien de transport maritime.

Invité ce lundi 28 juin 2021 à la radio chaîne I, Ismail Laarabi Ghamri, a annoncé l’adoption d’une nouvelle stratégie pour améliorer le transport de conteneurs et de marchandises des ports intermédiaires vers les ports algériens, avec l’objectif d’atteindre 50%, soit l’équivalent d’un million de conteneurs, d’ici 2025.

Il a également indiqué qu’une stratégie a été élaborée pour renforcer le transport de conteneurs en Méditerranée en achetant deux navires, le Djanet et le Cirta, expliquant que le nombre de conteneurs entrant en Algérie est estimé à 2 millions de conteneurs et que l’objectif du complexe est d’en transporter 50 %, selon le même média.

Smail Larbi Ghomri a également ajouté que les capacités du groupe à transporter des marchandises, notamment celles en provenance des pays européens riverains de la Méditerranée, sont actuellement estimées à seulement 6 %, et le reste, estimé à 94 %, dépend de certaines grandes entreprises qui comptent également pour 80% du transport mondial, selon la même source.

Il a également souligné : « Le groupe possède trois navires pour le transport de conteneurs et 9 navires pour le transport de marchandises générales ».

Il a également évoqué la prochaine réception d’un nouveau navire d’une capacité de 1 800 passagers et 600 véhicules, expliquant que l’acquisition de ce navire s’inscrit dans le cadre du programme de renouvellement de la flotte de la compagnie nationale de transport maritime des voyageurs pour renforcer ses capacités de transport de passagers entre l’Europe et l’Algérie, ce qui permettra de réduire voire de se passer de l’affrètement de navires étrangers, ajoutant que 200 millions de dollars ont été investis dans le transport de passagers, selon la même source.

- Advertisement -
Must Read
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -