Alliance Assurances : 5,2% de croissance du chiffre d’affaires en 2017


Alliance Assurances a enregistré un résultat excédentaire 2017 malgré un «environnement peu favorable et une concurrence déloyale», a annoncé avant-hier l’assureur privé à travers dans un communiqué.

La compagnie cotée en Bourse a comptabilisé un chiffre d’affaires de 4802 milliards de dinars en 2017. Soit une hausse de 5,2% par rapport à 2016. Son résultat net a atteint 432 millions de dinars, l’équivalent d’une une hausse de 2,4% en comparaison avec le bilan de l’année passée.

Alliance Assurances, à travers son site web, a affirmé avoir obtenu cette performance «grâce à sa vision claire, sa stratégie offensive et les performances opérationnelles de tout son personnel». L’assemblée générale des actionnaires, tenue le 7 juin au siège d’Alliance Assurances, a approuvé la distribution d’un dividende de 45 DA par action à l’ensemble de ses actionnaires, a ajouté la même source. «Un dividende, de la même valeur qu’en 2016, qui correspond à un taux de distribution très appréciable de 62%, à l’aune des normes internationales.

Ce qui donne que chaque actionnaire percevra, à partir du 26 juillet, une rémunération d’un montant de 45 DA par action, traduisant un taux de rendement net par action de 10,5%», a fait savoir la Société. Lors de cette assemblée, le PDG de la compagnie, Hassen Khelifati, a déploré «les pratiques discriminatoires et le dumping largement constatés sur le secteur et qui visent tout bonnement à exclure les assureurs privés d’une concurrence saine, légale et loyale sans fondement juridique ni légal ou technique».

Ces pratiques, selon le même responsable, «en flagrante violation de l’article 43 de la Constitution de 2016, de la volonté du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ainsi que des différentes déclarations des responsables de l’Exécutif sur la fin de la discrimination». Face à cette situation pénalisante, les membres de l’assemblée générale des actionnaires lancent un appel aux autorités publiques, aux autorités de régulation des assurances, boursières et bancaires, au Conseil de la concurrence et revendiquent «moins de discrimination dans la rédaction des cahiers des charges et des appels d’offres d’assurances, plus d’équité au niveau des banques et moins d’exclusion du secteur privé pour accompagner sa propre clientèle acquise après des années d’effort de fidélisation».
Pour le PDG, ces revendications «tout à fait légitimes et productives qui, si appliquées, laisseraient présager un marché des assurances encore plus florissant et une santé financière encore meilleure». «En attendant, et en dépit de toutes ces problématiques, Alliance Assurances prouve qu’elle jouit d’une bonne santé financière tout en étant confiante en son avenir», peut-on lire sur le site de l’Assureur privée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici