Les travailleurs du complexe minier de phosphate de Djebel Onk de la commune de Bir El-Atar, à 120 km au sud de Tébessa, ont repris mardi le travail après une grève qui a duré 3 semaines. Une grève qui a causé un manque à gagner en production de 100 000 tonnes de phosphate  brut pour une valeur estimée à 6 millions dollars.

Selon le président directeur général du groupe « Somiphos », qui exploité cette mine, Mokhtar Lakehal, a déclaré à l’APS, que les employés du complexe minier de phosphate de Bir El Ater ont repris le travail mardi soir après une grève de 24 jours « après plusieurs séances de réconciliation entre la section syndicale et la direction générale de Somiphos ».

Un accord incluant de trouver des solutions « dans les plus brefs délais » aux conséquences de cette grève a été conclu, notamment étudier la question relative au problème du salaire du mois d’avril dernier, ainsi que la régularisation de la situation de 24 travailleurs sui ont été suspendus, a ajouté Mohktar Lakehal.

Il s’agit également, conformément à cet accord, de compenser les préjudices occasionnés par ce mouvement de protestation, « illégal » selon le PDG, et qui a occasionné un déficit de production de 100.000 tonnes de phosphate brut destiné à l’exportation, pour une valeur de plus de 6 millions de dollars.

La reprise du travail permettra ainsi de procéder à l’extraction de 135 à 140.000 tonnes de phosphate brut de la mine de Djebel Onk, durant le mois de mai en cours, a fait savoir le même responsable, et qui seront exportés via le port d’Annaba en direction des marchés internationaux.

Pour rappel, pas moins de 1000 travailleurs du complexe minier de phosphate de Djebel Onk ont procédé à un mouvement de protestation réclament l’amélioration de leurs situation socio-professionnelle, notamment l’augmentation des salaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici