dig

La Société nationale d’assurances (SAA) a réalisé en 2018 une croissance de 4,4%, au moment où le secteur des assurances a enregistré une croissance moyenne de 2à 2,5 %.  Un bilan qui donne des ailes au PDG de la SAA, Nacer Sais. Et, il l’a fait savoir lors de la conférence lors de le presse animée pour dévoiler ses chiffres.

« C’est une performance importante, puisque notre croissance du chiffre d’affaires représente le double de la croissance du marché, estimé à 2%-2,5%. Nous avons enregistré un bond qualitatif et quantitatif par rapport à 2017 », s’est-il réjoui.

En plus, la croissance enregistrée est tirée notamment par les branches hors automobile, qui ont évolué de 11%, précise-t-il, en mettant en avant les efforts déployés pour diversifier le portefeuille de la société qui détient une part de marché de 22%.

Toutes les branches ont contribué, d’après le conférencier, à la performance enregistrée. La branche automobile a cru de 2% en 2018, soit un chiffre d’affaires additionnel de 400 millions de DA par rapport à 2017. La SAA couvre à elle seule 30% de cette branche sur le marché.

La branche IARD (incendie, accidents et risques divers) a enregistré une évolution de 9% chez cet assureur public en 2018, les assurances agricoles ont évolué de 25% et les assurances transports de 20%.

Pour les indemnisations des sinistres, la SAA a versé 16 milliards de DA d’indemnisations en 2018 (contre 15,5 mds de DA en 2017), soit plus de 40% des règlements du marché. La société a enregistré 338.000 nouvelles déclarations de sinistres en 2018.

Le patron de la SAA a révélé que la fréquence des sinistres automobiles a nettement baissé en 2018 mais le montant des règlements en raison de la hausse des prix de la pièce de rechange sur le marché.

Pour le premier trimestre de 2019, la société a enregistré une forte croissance, estimée à 7%-8%, selon les chiffres provisoires avancés par le même responsable. « Mais il est difficile d’anticiper sur les résultats de l’année », estime-t-il.

En 2018, le marché des assurances a enregistré un chiffre d’affaires de 142,5 milliards de DA, en hausse de 2% par rapport à 2017 avec une progression de 3,22% à 126 mds de DA de l’assurance dommage et une baisse de 11% des Assurances de personnes (AP), selon le bilan provisoire avancé par M. Sais.

La baisse des AP est principalement due à la baisse de l’assurance voyage, engendrée par la chute du nombre des visas accordés aux Algériens en 2018, explique-t-il.

Le chiffre d’affaires des acceptations internationales (réassurance) a, quant à lui, évolué de 16% pour atteindre 4,4 mds de DA en 2018.

Nouvelles garanties pour compenser les pertes

Soulignant la baisse continue du chiffre d’affaires de l’Assurance tous-risques, en raison notamment de sa cherté, le responsable a indiqué que la SAA a réussi à compenser cette contre-performance en multipliant ses offres et en les diversifiant davantage.

En introduisant, en 2017, une assurance « de substitution » à la tous-risque, baptisée la « tous-risque limitée », à côté d’autres nouvelles assurances, la compagnie a pu compenser le manque à gagner en termes de chiffres d’affaires.

L’autre garantie introduite récemment par la société est « l’assistance à l’international » qui permet la prise en charge du véhicule du client à l’étranger.

La société a également lancé la garantie « Top réparateur » qui offre aux clients une assistance lors d’un accident. La voiture du client est alors transportée à l’atelier du constructeur automobile pour réparation, avec la garantie d’utilisation de pièces de rechanges d’origine.

Une convention a été signée, dans ce sens, en septembre 2018, avec le constructeur Renault Algérie en attendant la signature d’une deuxième convention entre la SAA et Peugeot Algérie.

Les garanties « grandes émeutes et mouvements populaires » et « évènements naturels » ont été également introduits récemment dans la branche automobile.

En outre, la SAA vient de signer avec son partenaire social un protocole d’accord portant sur la création d’une filiale de sécurité et de gardiennage, une démarche qui entre dans le cadre de la stratégie de l’entreprise qui vise à se recentrer sur son activité principale, à savoir l’assurance, fait savoir son Pdg.