lundi, novembre 30, 2020

Boulangerie industrielle de Corso : Laïd Benamor dévoile les causes de crash du projet

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

C’était un projet annoncé et relayé par tous les médias, tellement important du point de vue économique et social.   Il s’agit dela boulangerie industrielle de Corso que devait lancer en partenariat le groupe Benamor et l’entreprise publique Eriad. Le patron Groupe Mohamed Laid Benamor au quotidien El Waten les raisons de l’échec de projet.

En effet, lancé en 2013, le mégaprojet portant sur la réalisation de la boulangerie industrielle de Corso, grâce au partenariat public-privé entre l’entreprise Eriad et le Groupe Benamor, a tourné court.

Ce mariage, qui devait sortir le complexe agroalimentaire de Corso de sa léthargie, n’a duré que trois ans. M. Laïd Benamor, PDG du groupe éponyme, est revenu, dans un entretien accordé au quotidien El Watan, sur l’échec retentissant de ce fameux partenariat public-privé.

Interrogé sur les raisons de ce mégaprojet qui a tourné au fiasco, M. Benamor explique que « la société de partenariat Eriad-Benamor a ainsi été créée pour réhabiliter le complexe meunier de Corso, suite à la crise du pain ».

Il a  précisé, dans le même entretien, que le capital de la société « était de 2,6 milliards de dinars, avec 40% pour la partie Eriad et 60% pour la partie Benamor. Réalisée par un organisme étatique, l’expertise a estimé les biens de l’Eriad, hors l’assiette du terrain, à 1,3 milliard de dinars. Le projet a été validé par le CPE et le CNI. »

Selon M. Benamor, les déboires du mégaprojet ont commencé, lorsqu’on a réévalué les biens de la société Eriad, après la création de la société et le lancement du projet de la boulangerie.

« De 1,3 milliard de dinars, ils sont passés à 2,6 milliards, dont l’augmentation a été décidée par un commissaire aux apports, choisi par l’Eriad. Puis il a fallu revoir le prix de la concession de l’assiette du terrain, pour une location de 8000 DA/m2», a-t-il expliqué.

A cela il a fallu ajouter, selon M. Benamor, « la révision  à la hausse du montant de l’investissement de 8,8 milliards de dinars à 13 milliards, suite à la dévaluation du dinar et l’augmentation des capacités de production du projet ».

Détaillant les modalités du financement du méga projet, M. Benamor a rappelé qu’« il y a eu un crédit bancaire de 0,95 milliard de dinars pour le financement de la boulangerie industrielle, dont le coût global était 2,5 milliards, sans aucune bonification du taux d’intérêt (5,25%) », tout en insistant sur le fait que «  la différence a été supportée en totalité par le groupe Amor Benamor. »

Il a précisé que « la banque autorisait, alors, le financement du moulin et de la semoulerie pour un montant de 7 milliards de dinars », précisant que « nous n’avons jamais mobilisé cet argent et le projet est toujours bloqué ».

Interrogé sur les accusations concernant son groupe qui aurait profité du blé subventionné, M. Benamor oppose « un niet catégorique », ajoutant que « notre groupe importe plus de 65% de ses capacités de production en blé non subventionné. Ce qui nous coûte le double du prix de celui subventionné. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

L’Algérie procèdera à la réalisation progressive de centrales électriques

Le Président directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras a affirmé, mercredi à Blida, que l'Algérie procèdera désormais à la réalisation "progressive" de...

Lancement de la 1ère édition du Forum des Transports lundi prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani supervisera lundi prochain le lancement de la première édition du "Forum des Transports" qui s'inscrit dans le cadre...

Complexe El-Hadjar: importation de l’acier brut pour résoudre le problème d’approvisionnement

Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar (Annaba) sera autorisé à importer de l'acier brut en cas de production locale déficitaire, pour résoudre le problème d'approvisionnement en...

Dans la même catégorie

- Advertisement -