mardi, novembre 24, 2020

Cession des actifs d’Anadarko en Algérie: transaction compliquée pour Total

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

L’Algérie cherchera à tirer son épingle du jeu et à préserver ses intérêts en posant un certain nombre de garanties, avons-nous appris, hier, auprès de Sonatrach.

Le patron de Total a annoncé, hier, qu’il s’entretiendra avec les autorités algériennes au sujet du rachat, par son groupe, des actifs d’Anadarko en Algérie. Une transaction qui s’inscrit dans le cadre de la cession des actifs d’Anadarko à Occidental Petroleum après un accord conclu il y a quelques semaines. À l’issue de cet accord, Total a négocié avec Occidental Petroleum le rachat des actifs africains d’Anadarko, estimés à 8,8 milliards de dollars et basés essentiellement en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud. “Nous rencontrerons les autorités algériennes très bientôt”, a déclaré le P-DG de Total, Patrick Pouyanné, lors d’une réunion avec les actionnaires du groupe, tenue hier à Paris. “Nous ne sommes pas inquiets. Il est normal que les autorités cherchent à dialoguer avec leurs principaux partenaires et Total est l’un des partenaires de l’Algérie”, a-t-il souligné par la même occasion.

Les autorités algériennes n’ont pas encore donné leur bénédiction à ce projet de rachat des actifs algériens d’Anadarko par Total. Le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, soufflait le chaud et le froid à ce sujet, réfutant tantôt l’existence d’un accord entre Total et Anadarko quant aux actifs algériens et déclarant tantôt que l’Algérie cherchait un bon compromis autour de cette transaction. Concrètement, l’Algérie cherchera à tirer son épingle du jeu et à préserver ses intérêts en posant un certain nombre de garanties, avons-nous appris, hier, auprès de Sonatrach.

Les actifs d’Anadarko en Algérie représentent environ 260 000 barils de pétrole par jour, soit plus de 25% de la production de brut du pays, estimée à un million de barils par jour en moyenne. Le rachat de ces actifs ferait de Total un poids lourd dans le secteur algérien des hydrocarbures. Rien que pour cela, les négociations pourraient traîner, alors que, au plan politique, il est peu probable que l’actuel gouvernement, chargé de gérer les affaires courantes durant une période de trois mois, puisse statuer sur une transaction aussi sensible, à en croire des sources du groupe public des hydrocarbures.

Même si, officiellement, le compromis sur la cession des actifs algériens d’Anadarko n’est pas encore certain, en Afrique, l’accord conclu par Total et Occidental Petroleum renforcerait la position du groupe français en tant que numéro deux du marché mondial du GNL. Pour Patrick Pouyanné, cité par Reuters, les actifs d’Anadarko en Afrique étaient au cœur de la stratégie de Total visant à rester un acteur majeur du secteur pétrolier en Afrique et sur le marché mondial du gaz naturel liquéfié (GNL). Cette transaction permettra à Total par-dessus tout de générer un cash-flow net positif dès 2020 même si le prix du pétrole est inférieur à 50 dollars le baril. Pour le cas Algérie, Total annonce la tenue, pour bientôt, des conciliabules rendus probablement possibles après la révision, par le ministre de l’Énergie, de sa position initiale qui plaidait pour l’usage du droit de préemption. Cette loi, qui a été instituée, faut-il le rappeler, par la loi de finances complémentaire de 2009, est appliquée sur les transactions de cession d’actifs d’entreprises étrangères implantées en Algérie.

Source: Liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

L’Algérie procèdera à la réalisation progressive de centrales électriques

Le Président directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras a affirmé, mercredi à Blida, que l'Algérie procèdera désormais à la réalisation "progressive" de...

Lancement de la 1ère édition du Forum des Transports lundi prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani supervisera lundi prochain le lancement de la première édition du "Forum des Transports" qui s'inscrit dans le cadre...

Complexe El-Hadjar: importation de l’acier brut pour résoudre le problème d’approvisionnement

Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar (Annaba) sera autorisé à importer de l'acier brut en cas de production locale déficitaire, pour résoudre le problème d'approvisionnement en...

Dans la même catégorie

- Advertisement -