mercredi, décembre 2, 2020

Cinéma : 17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Contactée, l’ancienne ministre de la Culture n’a pas nié les faits, estimant qu’il ne s’agit là que d’une “autorisation” qui n’implique pas un transfert d’argent.

L’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, avait signé, il y a six ans, une autorisation de transfert de 17,56 millions de dollars pour un film qui finalement ne verra pas le jour. Le film, une superproduction algéro-américaine, devait porter sur une partie de la vie de l’Émir Abdelkader. Un producteur, un réalisateur et un acteur principal ont été désignés. Khalida Toumi a autorisé l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) à transférer la somme de 17,56 millions de dollars au profit de la société américaine Libre Studio, qui appartient à Philippe Diaz.

Dans une note datée du 12 novembre 2013, dont nous détenons une copie, l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, autorisait l’AARC à transférer cette somme “représentant la part du montant transférable due par l’AARC, au film L’Émir Abdelkader, coproduit avec une société et réalisé par Charles Burnett”. “Ce montant est destiné à la prise en charge de l’ensemble des opérations liées à la fabrication du film (préparation, tournage, postproduction) effectuées exclusivement à l’étranger, et ce, pour les besoins de la production exécutive du film L’Émir Abdelkader”, précise le document. Contactée, l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, n’a pas nié les faits. Elle a estimé qu’il ne s’agit là que d’une “autorisation” qui n’implique pas un transfert d’argent.

Cela fait partie des “prérogatives de la Banque d’Algérie”, a-t-elle rappelé, précisant que la réglementation lui donne le droit de donner “une autorisation à une entreprise” qui dépendait de son département. C’est le cas de l’Aarc. L’argent a-t-il été transféré ? Khalida Toumi n’en dira pas plus. Toujours est-il que six ans après, le film n’a jamais vu le jour.

Le projet a été gelé par l’ancien ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, pour des raisons plutôt politiques. Le film devait être en effet produit par le célèbre réalisateur et producteur américain, Oliver Stone. Le rôle principal devait être interprété par l’acteur palestinien, Saleh Bakri.

Le scénario, lui, était d’abord confié au réalisateur américain, Charles Burnett, avant d’associer l’anthropologue algérien, Zaïm Khenchelaoui, pour éviter des polémiques.

Alors que les médias évoquent un budget de 75 millions de dollars pour la réalisation de ce film (le chiffre n’a jamais été confirmé ni infirmé), le projet a subitement été gelé. Il aura fallu près de 3 ans, en 2017, pour que le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, annonce à l’APN que le projet était “gelé” à cause de “l’absence d’un scénario à la hauteur de la personnalité éminente de l’Émir et de financements”. Le ministre ne s’est jamais expliqué sur la destination des fonds déjà engagés pour le film. Ni lui ni son prédécesseur n’ont expliqué pourquoi ils ont engagé un budget et consacré une annonce en fanfare pour un film qui n’avait même pas de scénario.

SourceLiberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Rabah Madjer : «On m’a poignardé dans le dos»

Le dernier passage de Rabah Madjer à la tête de la sélection nationale continue à le hanter. Il ne...

Sahara occidental: Le Maroc vise à amplifier le pillage des ressources sahraouies en violant le cessez-le-feu

Le Maroc a pris le risque de violer l'accord de cessez-le-feu de 1991 signé avec le Front Polisario, pour amplifier son exploitation économique des...

Accidents de la circulation : 17 morts et 1078 blessés en une semaine

Dix-sept (17) personnes ont trouvé la mort et 1078 autres ont été blessées dans 963 accidents de la circulation enregistrés durant la période du...

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée et examiné les 22 modifications...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

Dans la même catégorie

- Advertisement -