Cofinancé par l’Algérie et la Chine: le gisement Ghar Djebilet en production en 2025

Le ministre de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab, a annoncé, mardi à Alger, que le financement du projet de la mine de fer de Ghar Djebilet (W. Tindouf) sera cofinancé par l’Algérie et la Chine.

Dans des déclarations à la presse, en marge de la cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente avec un consortium d’entreprises chinoises sur ce projet, M. Arkab a souligné qu' »il a été convenu avec la partie chinoise de cofinancer » ce projet, ajoutant que « le coût de cet investissement n’a pas été fixé à ce jour et ne devrait pas dépasser les 2 milliards de dollars selon les estimations préliminaires ».

Signé entre l’Entreprise nationale de fer et de l’acier (FERAAL) et un consortium d’entreprises chinoises constituée des entreprises CWE, MCC et Heyday Solar, le mémorandum d’entente « est un accord historique important qui marquera la naissance d’un projet susceptible de relancer l’économie nationale et de concourir au développement du secteur des mines ».

Ledit document marquera le lancement effectif du projet d’exploitation de la mine de Ghar Djebilet, prévu en trois étapes, jusqu’à 2025 qui verra la première production de fer au niveau de la zone exploitée.

En application de ce mémorandum, il sera procédé à la formation d’une joint-venture (51 pour la partie algérienne et 49 pour la partie chinoise » qui sera chargée de l’exploitation « à la source jusqu’à la production et la transformation », ajoute M. Arkab.

Le ministre a souhaité que le projet de Ghar Djebilet soit une mine « durable », dont l’activité est basée sur l’exploitation des énergies renouvelables.

D’autre part, M. Arkab a mis l’accent sur la dimension internationale dudit projet, le fer produit devant être exporté vers les différents marchés, via le port de Mostaganem.

S’agissant du choix des trois compagnies chinoises, M. Arkab a mis en avant les compétences et les capacités techniques et technologiques dont disposent ces sociétés, précisant que « MCC » jouissait de hautes « compétences » dans la construction et le développement des mines ainsi que dans l’extraction des minerais, tandis que la « CWE » possédait une large expérience en matière de développement, de construction et de mise en service des projets d’énergies renouvelables en sus de « Heydey Solar » considérée comme une ressource spécialisée dans les solutions de réseaux électriques de pointe et les installations principales ».

Le ministre a fait savoir que les opérations d’exploitation du fer brut exigeait l’utilisation de techniques modernes afin de réduire le taux de phosphore.

La mine de fer de Ghar-Djbilet contient des réserves de 3,5 mds tonnes de fer (haute concentration de phosphore).

Dans une première phase, il sera procédé à l’exploitation de la partie ouest de la mine jouissant de réserves de 1,7 mds de tonnes.

Ce projet vise à garantir et à sécuriser l’approvisionnement des usines nationales de métallurgie et de sidérurgie en matières brutes et la promotion des recettes hors hydrocarbures. Le lancement des travaux de réalisation permettra la création de près de 3.000 emplois.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -