Covid-19 en Algérie : L’acquisition a coûté 22,5 milliards DA mais toujours pas de vaccins dans les hôpitaux

C’est une somme énorme mais qui n’a pratiquement aucun effet ni visible sur le terrain. C’est à se demander pourquoi. Toutefois,  le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a déclaré, hier jeudi, que l’acquisition du vaccin contre Covid-19 a coûté au Trésor public 22,5 milliards de dinars.

M. Benabderrahmane a indiqué que l’Algérie avait pris des mesures urgentes pour limiter les effets de la double crise résultant de la situation sanitaire et de la baisse des prix du pétrole au niveau du marché international, a rapporté le ministère dans un communiqué publié sur son site officiel.

À l’occasion de l’installation d’un groupe de travail chargé de l’évaluation de l’impact économique du Covid-19, le ministre a indiqué que le ratio d’endettement public par rapport au produit intérieur brut a enregistré une légère augmentation par rapport aux pays voisins et au reste des pays.

Le ministre a ajouté que les autorités du pays avaient décidé de prendre des mesures exceptionnelles pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens et des entreprises économiques en instaurant des procédures fiscales simplifiées, ainsi qu’en rationalisant les dépenses publiques et en accordant des avantages et des subventions aux entreprises en difficulté.

Le ministre a précisé que l’Algérie avait acquis des équipements de protection avec 17,7 milliards de dinars, des allocations exceptionnelles pour les travailleurs de 99,2 milliards de dinars, et des opérations de solidarité et des aides financières pour les familles et les travailleurs exerçant des professions libérales vulnérables à 73,1 milliards de dinars.

Il a également souligné que les opérations de rapatriement des ressortissants algériens bloqués à l’étranger ont coûté 9,5 milliards de dinars, les opérations de solidarité internationale, 271 millions de dinars.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -