Moncef Othmani, membre fondateur du Forum des chefs d’entreprises (FCE), a été élu dimanche à l’unanimité président provisoire du Forum pour une période de transition de trois mois, après la démission de Ali Haddad, le 28 mars dernier. 3 mois est la période consacrée pour la tenue d’une assemblée générale élective pour désigner le successeur de Haddad.

L’élection de Moncef Othmani a eu lieu lors « d’une réunion regroupant la majorité du Conseil exécutif du Forum après un dialogue marqué par l’objectivité, la transparence et le sens de responsabilité », précise-t-on.

A l’issue de l’élection, les membres du Conseil exécutif du forum ont « affirmé leur soutien absolu au président provisoire du FCE et leur engagement à préserver le forum comme étant un espace réunissant les opérateurs économiques et une force de propositions pour la construction d’une économie nationale forte et durable ».

Ils ont assuré que le Forum « demeurera une association patronale active avec ses propositions loin de tous les tiraillements politiques ».

Mais en réalité la désignation Moncef Othmani à la tête du FCE a été très contesté. Pour preuve, Omar Ramdane et le Vice-président Brahim Benabdeslam ont démissionné de la Structure. Ce qui renseigne sur le climat de tension qui a régné durant tout le conclave.

Pour les adversaires de Moncef Othmani, cette désignation n’est pas conforme aux statuts du FCE. « Il est membre du Conseil exécutif, mais il n’est pas vice-président alors que les statuts sont clairs : l’intérim doit être assuré par le vice-président le plus âge du FCE », relève un des lieutenants de Haddad, qui insiste sur le respect des statuts de l’organisation. « Nous n’allons pas nous taire devant cette violation flagrante des statuts », brame un autre Vice-président, à l’occasion de la réunion tenue au siège du FCE, prévue initialement à l’hôtel Aurassi.

Pour mémoire, dans une lettre adressée aux membres du FCE, Ali Haddad, qui présidait le FCE depuis 2014,  a décidé de renoncer à la présidence de l’organisation : «  j’ai décidé, en mon âme et conscience et sans contrainte, de quitter la présidence du Forum des chefs d’entreprise à compter de ce jour (Jeudi) », se disant « soucieux de préserver la cohésion et surtout la pérennité » de l’organisation.

Il faut dire que le FCE a enregistré des démissions en cascade, lors du soulèvement citoyen contre la candidature pour un 5emandat du Bouteflika. Une suite logique du soutien sans condition du FCE, sous l’hégémonie de Haddad, à un autre mandat de Bouteflika qui a finalement abdiqué sous la pression de la rue qui n’a réclamé ni plus ni moins sa destitution à la chefferie de l’Etat.

Parmi, les membres ayant quitté le Forum, on citera notamment le patron de la compagnie Alliance Assurance, Hassen Khelifati, le patron du groupe Sogemetal, Mohamed Arezki Aberkane. On note par ailleurs le gel des cotisations du patron du groupe Amar Ben Amor, Mohamed Laid Benamor.

Bien avant ces noms, Slim Othmani, en total désaccord avec Ali Haddad dès les premières heures de sa nomination, a claqué la porte du FCE, emboitant le pas au fondateur du groupe Cevital. Issad Rebrab est en réalité le premier poids lourd des membres du FCE à prendre des distances vis-à-vis du cartel, pris en otage par Ali Haddad au lendemain de sa nomination en 2014 à la présidence du Forum.

Maintenant, reste à savoir, si ces chefs d’entreprises vont revenir après le départ forcé de Ali Haddad. On aura certainement une réponse durant les jours à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici