mardi, janvier 19, 2021

Détournement de foncier industriel à Bouira : Saisie de 12 lots de terrain appartenant à Ali Haddad

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Les lots de terrain en question sont censés abriter une société par actions sous l’appellation commerciale de SPA Savem, STE Algérienne commerce véhicules et maintenance.

Les affaires présumées de corruption et de détournements de foncier à l’échelle de la wilaya de Bouira éclatent désormais au grand jour. Ainsi, et après les auditions d’anciens walis, de chefs de daïras, de P/APC et autres hommes d’affaires à la suite des soupçons de détournement de foncier industriel à la zone industrielle (ZI) d’Oued El-Bardi, relevant de la daïra d’El-Hachimia (sud-ouest de Bouira), des mesures viennent d’être prises.

En effet, la Direction générale des Domaines a ordonné, sur demande du tribunal de Sidi M’hamed, la saisie conservatoire de 12 lots de terrain appartenant à Ali Haddad qui purge actuellement une peine de six mois de prison ferme dans l’affaire de faux et usage de faux (affaire des deux passeports trouvés sur lui lorsqu’il a tenté de rejoindre la Tunisie par le poste-frontière d’Oum Tboul). Dans une correspondance datée du 30 juin dernier et adressée à la direction des Domaines à l’échelle locale, il est fait état de la saisie à titre conservatoire de 12 lots de terrain, à savoir les lots 250 à 272, propriété de l’ex-patron du Forum des chefs d’entreprise (FCE).

Le même document précise que les lots de terrain en question abritent une société par actions (SPA) sous l’appellation commerciale de SPA Savem, STE Algérienne commerce véhicules et maintenance. Les lots de terrain, pour lesquels de forts soupçons de détournement pèsent, ont été enregistrés le 26 avril 2017 à la conservation foncière de la commune de Sour El-Ghozlane, est-il mentionné dans ladite correspondance.

Cependant, cette SPA a tout d’une entreprise fictive, puisqu’aucun projet n’y est implanté. Actuellement, ce sont des terrains nus et clôturés. Selon des sources proches de l’enquête, cette attribution douteuse a été ficelée du temps de l’ex-wali de Bouira, Mouloud Cherifi, qui fait actuellement l’objet d’une enquête poussée menée par les services concernés.

Pour rappel, comme par un curieux hasard du calendrier, le 25 avril 2017, soit une journée avant l’enregistrement des lots litigieux, Ali Haddad avait fait le déplacement en compagnie du vice-président du FCE de l’époque et non moins P-DG du groupe Ival, Mohamed Baïri, afin de relancer le projet de l’usine Iveco, lequel est toujours en jachère. Lors de cette visite, l’ex-wali de Bouira, ainsi qu’Ali Haddad ont faussé compagnie au patron d’Iveco.

Le directeur de l’Andi décède d’un arrêt cardiaque après sa convocation par la justice
À cette époque, tout le monde avait conclu à une brouille entre les deux hommes. Or, et selon nos informations, c’est à ce moment-là que tout s’est joué en compagnie du désormais ancien directeur de l’Agence nationale pour le développement et l’investissement (Andi) de Bouira, Saïd Saïdoun. Ce dernier est décédé hier d’un malaise cardiaque, quelques heures après avoir reçu une convocation à comparaître devant le tribunal de Sidi M’hamed pour des affaires liées à la corruption. Au moment de la “transaction”, et à en croire notre source, l’ex-directeur de l’Andi de Bouira s’est montré réticent à accorder cette parcelle de terrain à Ali Haddad, car le projet en question comportait énormément de zones d’ombre. Cependant, et selon la même source, l’actuel wali d’Oran l’aurait convaincu de la viabilité du projet.

Sourceliberte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Sahara occidental: Moncef Marzouki soutient le Maroc et s’en prend à l’Algérie

L’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a tenu des propos très hostiles au pouvoir algérien le comparant à un «marchand de rêves qui vend des...

Pêche: mesures incitatives pour l’acquisition de matériel de navigation

Le ministre de la Pêche et des Produits halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a tenu mardi une réunion en visioconférence avec le ministre de la...

Pétrole : le baril à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l’Opep+

Le prix du panier de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le pétrole brut algérien, s’est maintenu à prés de 47 dollars...

Rabah Madjer : «On m’a poignardé dans le dos»

Le dernier passage de Rabah Madjer à la tête de la sélection nationale continue à le hanter. Il ne rate pas une occasion pour...

Sahara occidental: Le Maroc vise à amplifier le pillage des ressources sahraouies en violant le cessez-le-feu

Le Maroc a pris le risque de violer l'accord de cessez-le-feu de 1991 signé avec le Front Polisario, pour amplifier son exploitation économique des...

Dans la même catégorie

- Advertisement -