lundi, mars 30, 2020

Est-ce que s’inquiéter d’une guerre commerciale finit par causer des dommages économiques?

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La question vient à l’esprit à la lecture des récents rapports portant sur les perspectives économiques. Bien souvent, le risque d’une guerre commerciale figure en haut de la liste des surprises défavorables. Le dernier en date est fourni par la Commission européenne qui, dans ses Prévisions de printemps, stipule que «les différends commerciaux pourraient faire dérailler l’expansion actuelle». Le message ne pouvait être plus clair.

Bien que vivement débattue, l’action reste limitée car la marge de manœuvre a été laissée à la négociation. Cela a apporté un soulagement mais également des déclarations fermes, dans les deux sens, dans le cadre des négociations de l’Alena ou, plus encore, du bras-de-fer entre les États-Unis et la Chine.

S’inquiéter des mesures protectionnistes ou d’une rupture des accords commerciaux en place depuis de nombreuses années peut agir, au final, comme un frein économique même si pour l’instant rien ne change. La raison est que les menaces et les contre-menaces augmentent l’incertitude.

S’inquiéter du protectionnisme augmente l’incertitude parce que l’évolution économique dans un scénario de « non-guerre » serait très différente de celle d’un scénario de guerre commerciale. Dans ce dernier cas, quatre effets peuvent être envisagés :

  1. Effets directs à court terme : ralentissement de la croissance, augmentation de l’inflation
  2. Effets indirects à court terme : les entreprises frappées par les droits de douane à l’importation essayeront d’exporter davantage vers d’autres pays. Les droits de douane, qui constituaient d’abord un problème bilatéral, finissent par devenir une question multilatérale touchant de nombreux pays.
  3. À plus long terme, les investissements directs étrangers peuvent également souffrir lorsque la compétitivité des exportations d’un pays souffre de mesures protectionnistes imposées par un autre.
  4. Enfin, les chaînes de valeur mondiales seront également modifiées, les entreprises cherchant à minimiser l’impact de l’augmentation des droits de douane.

En outre, le manque de clarté du calendrier de la décision d’augmenter ou non les droits de douane est une autre source importante d’incertitude.

Les différences importantes dans les résultats, selon le scénario retenu, soulèvent des incertitudes, et un manque total de visibilité sur la durée de la situation aggrave les choses.

Pourquoi l’incertitude agit-elle comme un obstacle? La réponse tient en grande partie à l’irréversibilité des décisions.

Pour cette raison, les entreprises retarderont les investissements et l’embauche, tandis que les ménages reporteront les dépenses importantes.

L’incertitude pèsera également sur les prix des actifs et pourrait pousser les banques à se montrer plus prudentes au moment d’accorder des prêts.

Quantifier ces effets est impossible car la psychologie joue un rôle important. Il ne fait cependant aucun doute qu’une période prolongée de tensions commerciales pourrait, via le canal de l’incertitude, peser sur les perspectives de croissance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

La BAD lève 3 milliards de dollars pour atténuer l’impact de la pandémie en Afrique

La Banque africaine de développement notée triple-A a levé un montant remarquable de trois milliards de dollars sur les...

Incendie d’un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit

Le feu déclaré au niveau du puits pétrolier MD244 dans la région de Hassi Messaoud a été complètement circonscrit, a indiqué vendredi un communiqué...

Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus

Le groupe Sonelgaz a mis en œuvre un plan de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus auprès de son personnel, tout...

Les opérations de la finance islamique définies par la Banque d’Algérie

Un règlement de la Banque d’Algérie définissant les opérations relevant de la finance islamique et les conditions de leur exercice par les banques et...

Produits alimentaires: recul de 15% de la facture d’importation en janvier 2020

La facture d'importation des produits alimentaires en Algérie a atteint 625,84 millions de dollars (usd) en janvier 2020 contre 737,66 millions usd à la...

Coronavirus: extension de la mesure de confinement partiel à neuf wilayas

Le Premier ministre, M. Djerad Abdelaziz, a décidé l'extension de la mesure de confinement partiel à neuf wilayas, applicable à compter du samedi et...

Espagne : La croissance chutera en 2020 du fait de la pandémie de Covid-19

Les incertitudes sont élevées, le pays étant confiné depuis le 14 mars, avec un manque de clarté sur l’ampleur du plan d’aide. La fragmentation...

Italie – Le déficit budgétaire se dégradera et dépasserait 3% du PIB du fait de mesures de soutien à l’économie

L'Italie, pays le plus touché en Europe par l'épidémie de Covid-19, connaîtrait une sévère récession en 2020 avant de rebondir modérément en 2021. L'effet...

Dans la même catégorie

- Advertisement -