samedi, janvier 23, 2021

Est-ce que s’inquiéter d’une guerre commerciale finit par causer des dommages économiques?

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La question vient à l’esprit à la lecture des récents rapports portant sur les perspectives économiques. Bien souvent, le risque d’une guerre commerciale figure en haut de la liste des surprises défavorables. Le dernier en date est fourni par la Commission européenne qui, dans ses Prévisions de printemps, stipule que «les différends commerciaux pourraient faire dérailler l’expansion actuelle». Le message ne pouvait être plus clair.

Bien que vivement débattue, l’action reste limitée car la marge de manœuvre a été laissée à la négociation. Cela a apporté un soulagement mais également des déclarations fermes, dans les deux sens, dans le cadre des négociations de l’Alena ou, plus encore, du bras-de-fer entre les États-Unis et la Chine.

S’inquiéter des mesures protectionnistes ou d’une rupture des accords commerciaux en place depuis de nombreuses années peut agir, au final, comme un frein économique même si pour l’instant rien ne change. La raison est que les menaces et les contre-menaces augmentent l’incertitude.

S’inquiéter du protectionnisme augmente l’incertitude parce que l’évolution économique dans un scénario de « non-guerre » serait très différente de celle d’un scénario de guerre commerciale. Dans ce dernier cas, quatre effets peuvent être envisagés :

  1. Effets directs à court terme : ralentissement de la croissance, augmentation de l’inflation
  2. Effets indirects à court terme : les entreprises frappées par les droits de douane à l’importation essayeront d’exporter davantage vers d’autres pays. Les droits de douane, qui constituaient d’abord un problème bilatéral, finissent par devenir une question multilatérale touchant de nombreux pays.
  3. À plus long terme, les investissements directs étrangers peuvent également souffrir lorsque la compétitivité des exportations d’un pays souffre de mesures protectionnistes imposées par un autre.
  4. Enfin, les chaînes de valeur mondiales seront également modifiées, les entreprises cherchant à minimiser l’impact de l’augmentation des droits de douane.

En outre, le manque de clarté du calendrier de la décision d’augmenter ou non les droits de douane est une autre source importante d’incertitude.

Les différences importantes dans les résultats, selon le scénario retenu, soulèvent des incertitudes, et un manque total de visibilité sur la durée de la situation aggrave les choses.

Pourquoi l’incertitude agit-elle comme un obstacle? La réponse tient en grande partie à l’irréversibilité des décisions.

Pour cette raison, les entreprises retarderont les investissements et l’embauche, tandis que les ménages reporteront les dépenses importantes.

L’incertitude pèsera également sur les prix des actifs et pourrait pousser les banques à se montrer plus prudentes au moment d’accorder des prêts.

Quantifier ces effets est impossible car la psychologie joue un rôle important. Il ne fait cependant aucun doute qu’une période prolongée de tensions commerciales pourrait, via le canal de l’incertitude, peser sur les perspectives de croissance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

General Motors-la filial Cruise: Microsoft investit 2 milliards dollars pour le développement du véhicule autonome

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) et sa filiale Cruise ont conclu un partenariat stratégique de long terme...

France: vers un rebond 5,5% du BIB selon le FMI

La France doit commencer à élaborer dès à présent un plan pour contenir sa dette dès que l'économie aura fermement surmonté la crise due...

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le fer, le gypse, la fluorine-barytine...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Sahara occidental: Moncef Marzouki soutient le Maroc et s’en prend à l’Algérie

L’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a tenu des propos très hostiles au pouvoir algérien le comparant à un «marchand de rêves qui vend des...

Pêche: mesures incitatives pour l’acquisition de matériel de navigation

Le ministre de la Pêche et des Produits halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a tenu mardi une réunion en visioconférence avec le ministre de la...

Pétrole : le baril à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l’Opep+

Le prix du panier de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le pétrole brut algérien, s’est maintenu à prés de 47 dollars...

Dans la même catégorie

- Advertisement -