mardi, octobre 15, 2019

Etats-Unis: les chefs d’entreprise tablent sur une récession au premier semestre 2021

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

D’après une enquête réalisée auprès des directeurs financiers de 469 entreprises américaines, 84 % d’entre eux s’attendent à une récession aux États-Unis au premier trimestre 2021. Cela fait craindre des anticipations baissières auto réalisatrices. Une corrélation positive entre la confiance et les décisions des entreprises reflèterait (leur anticipation) de fondamentaux forts, ou bien l’effet d’esprits animaux. La recherche empirique menée par CESifo auprès d’entreprises allemandes confirme le rôle de ces derniers. En agrégé, les esprits animaux optimistes ont un effet plus important que les esprits pessimistes.

D’après une enquête de l’université Duke réalisée auprès des directeurs financiers de 469 entreprises américaines, 84 % d’entre eux s’attendent à une récession aux États-Unis au premier trimestre 2021. Ce pourcentage très élevé est préoccupant dans la mesure où des études empiriques menées dans ce pays montrent l’étroite corrélation des anticipations de résultats des directeurs financiers, pour les douze prochains mois, avec les investissements prévus et réels des entreprises. Ainsi, lorsqu’un grand nombre de directeurs financiers s’attend à une récession, on peut craindre que cela se traduise par une baisse des prévisions de bénéfices et des investissements, et donc par des anticipations baissières auto réalisatrices, les craintes de récession finissant par entraîner une récession.

Pour le moment, ce n’est pas ce que disent les chiffres : le chiffre d’affaires devrait progresser, selon les prévisions, de 6,3 % et les investissements, de 8,2 %3. De plus, le niveau d’optimisme des directeurs financiers concernant leur propre entreprise a augmenté en mars, à 70,4 après un bref recul en décembre. Cependant, concernant l’économie en général, il continue de diminuer. De quoi donner une certaine crédibilité à l’idée qu’une récession finira par arriver, influençant ainsi les business plans des entreprises.

Les indicateurs de confiance des chefs d’entreprises constituent un élément important de l’analyse économique. Les résultats des enquêtes sont souvent disponibles plus rapidement que certains déterminants des investissements des entreprises comme les bénéfices de ces dernières par exemple.

Une corrélation positive entre le moral des chefs d’entreprises et les décisions de ces derniers en termes de recrutement, de marketing ou d’investissement pourrait simplement refléter les anticipations relatives aux fondamentaux de l’entreprise (chiffre d’affaires, profitabilité, charges financières, etc.). C’est là que la confiance joue le rôle de signal. La relation entre la confiance et les décisions de l’entreprise peut aussi découler d’esprits animaux. Selon John Maynard Keynes, ces décisions résultent d’un besoin spontané d’agir.

Aujourd’hui, cette notion « fait référence à notre relation particulière avec l’ambiguïté ou l’incertitude. À certains moments, elles nous paralysent et, à d’autres, elles ont un effet revigorant et motivant, nous amenant à surmonter nos peurs et nos indécisions ». Ainsi, ces esprits animaux peuvent provoquer une déconnexion entre les fondamentaux et les décisions de l’entreprise, selon l’optimisme ou le pessimisme de ses dirigeants.

Dans une étude récente, Enders et al. ont analysé ce que cela implique concrètement. Ces auteurs comparent, à l’échelle de l’entreprise, les réponses aux enquêtes réalisées en Allemagne auprès de chefs d’entreprises et les décisions de ces derniers en matière de fixation des prix et de production. Dans cette étude comparée, l’effet des fondamentaux d’entreprise a été éliminé. Les auteurs notent que les entreprises optimistes (pessimistes) augmentent (réduisent) leur production davantage que celles adoptant une position neutre concernant l’avenir. Elles sont aussi plus susceptibles de relever (d’abaisser) les prix.

Comme indiqué plus haut, ces résultats peuvent traduire une anticipation relative aux fondamentaux de l’entreprise ou un effet purement lié aux esprits animaux. Pour faire la distinction, les auteurs analysent le rôle des erreurs de prévision. Ainsi, les entreprises trop optimistes/pessimistes font preuve d’esprits animaux. La corrélation entre sentiment et décisions relatives à la production et aux prix vaut aussi pour les entreprises qui se sont révélées optimistes ou pessimistes de façon erronée, c’est-à-dire qui se sont trompées dans leurs prévisions. Les esprits animaux jouent là aussi un rôle. Enfin, les auteurs de l’étude ont conçu un indicateur de l’optimisme/pessimisme agrégé et ont analysé dans quelle mesure ce dernier est lié aux fluctuations de l’économie en général.

La production industrielle et le niveau des prix réagissent fortement et de manière significative à une hausse d’optimisme erroné. En cas de pessimisme excessif, les effets sont bien plus limités voire, s’agissant de la production industrielle, négligeables. Peut-être devrions-nous alors moins nous préoccuper par la forte probabilité de récession qui ressort de l’enquête de Duke University auprès des directeurs financiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Football/France : Les spécialistes impressionnés par les pépites algériennes

De l'arme fatale de Monaco Islam Slimani à la pépite de Nice Hichem Boudaoui, les clubs français ont massivement...

Irrigation : une filiale du groupe IMETAL lance des produits innovants

L’Entreprise Nationale de Tubes et Transformation de Produits Plats (ANABIB), filiale du groupe IMETAL vient de lancer des produits modernes et innovants en matière...

Algérie-Nigéria : beaucoup de bonnes intentions mais rien dans les faits

les déclarations d'intention ne suffisamment. En économie, il y' a que l'acte d'investir qui est comptabilisé au final. C'est le constat fait par les...

Le Gouvernement met la main à la poche :  Plus de 17 milliards DA pour le dégel de projets dans le Sud et 42 milliards...

Le gouvernement continue sa politique de navigation à vue. Il est plutôt dans la réaction que dans l’anticipation. Il fallait attendre des tragédies se...

Habitat : Affectation de 120.000 logements LPA au niveau national

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que le quota de logements promotionnels aidés...

Dans la même catégorie

- Advertisement -