mercredi, décembre 11, 2019

Etats-Unis : pouvoir d’achat des ménage en baisse

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Une hausse des droits de douane a des conséquences négatives sur le pays ciblé. Celui à l’origine de la hausse en subira à son tour l’impact, même en l’absence de représailles.  Les dépenses des ménages souffriront ainsi d’une perte de pouvoir d’achat, l’inflation augmentant en raison de la hausse des prix à l’importation et/ou du remplacement des produits importés par des produits locaux. Pour la même raison, à un niveau agrégé, les bénéfices des entreprises peuvent en souffrir, et ces dernières peuvent décider de réduire leurs investissements en raison d’une incertitude accrue. Des recherches empiriques viennent confirmer ces analyses

La « querelle » 1 commerciale entre les États-Unis et la Chine fait de nouveau la une des journaux et provoque des fluctuations boursières importantes. Cela avait déjà été le cas à l’automne dernier lorsqu’elle avait submergé les marchés avant que Trump et Xi Jinping décident d’une trêve lors du G20 de Buenos Aires en décembre dernier. En toute logique, les investisseurs attendent avec de plus en plus d’impatience une éventuelle nouvelle réunion avec une issue similaire lors du G20 d’Osaka les 28 et 29 juin. Compte tenu de la faiblesse des données économiques chinoises et américaines cette semaine (dans les deux cas, les ventes au détail et la production industrielle déçoivent) les deux parties ne sont pas vraiment en position de force.

SEANCES BOURSIERES

Source : Bloomberg, BNP Paribas

Rappelons que la croissance américaine a été forte au premier trimestre mais de piètre qualité tandis que la bonne surprise de la croissance chinoise au T1 est à mettre en rapport avec les mesures de relance prises par les autorités.

Les droits de douane, par construction, ont un impact négatif sur le pays ciblé : les volumes d’exportation et/ou les marges bénéficiaires en souffrent3 . Les mesures de rétorsion vont, en retour, frapper le pays à l’origine des hausses de tarifs, voire même d’autres pays qui souffriront d’une réorientation des flux commerciaux. Cependant, même en l’absence de représailles, le pays qui a décidé d’augmenter les droits de douane subira des conséquences négatives.

Prenons le cas des ménages américains : à moins d’une élasticité particulièrement importante de leur demande par rapport au prix, ils perdront en pouvoir d’achat car les importations en provenance de Chine seront plus chères.

Privilégier les biens produits aux États-Unis aura un impact similaire puisqu’ils étaient initialement plus chers que ceux en provenance de la Chine, ou encore parce qu’une demande accrue pour les produits locaux pourrait inciter les producteurs américains à augmenter leurs prix. En conséquence, les ménages peuvent être contraints de choisir d’autres marques, meilleur marché, afin d’éviter de payer plus cher.

En ce qui concerne les entreprises, la hausse des prix à l’importation de produits finis pourrait peser sur le volume de leurs ventes, tandis que la hausse des prix des intrants intermédiaires réduirait leurs marges bénéficiaires. Cela peut obliger les entreprises à modifier leurs chaînes de valeur mondiales, en passant par exemple par le Vietnam ou le Mexique au lieu de la Chine. Cela représente un coût d’opportunité puisque cet argent aurait pu être investi dans l’amélioration de la productivité. De plus, avec le déplacement de la demande vers la production locale, les goulots d’étranglement de l’offre peuvent entraîner une augmentation des salaires et des prix. Lorsque les bénéfices sont sous pression, le profil de risque des entreprises peut changer et finir par augmenter leur coût de financement. Enfin, une incertitude concernant les tarifs élevée et prolongée pèsera sur la croissance.

Des recherches empiriques confirment ces relations théoriques. Selon Amiti et al.4 les mesures tarifaires prises en 2018 « coûtaient aux consommateurs américains et aux entreprises importatrices de biens étrangers 3 milliards de dollars par mois en charges fiscales supplémentaires ainsi que 1,4 milliard de dollars par mois en pertes d’efficacité ». 5 Une étude de la BCE révèle que les sociétés non financières de l’indice Dow Jones Euro Stoxx 300 affectées par les droits de douane ont réduit leur investissement : le ratio investissement/actif net a diminué, alors qu’il a augmenté pour les entreprises qui en bénéficiaient.6 Les recherches menées par Kyle Handley et Nuno Limão montrent que l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001 a entraîné une réduction de l’incertitude de la politique commerciale des États-Unis, ce qui a incité les entreprises chinoises à investir dans la modernisation technologique et l’accès au marché américain. Il semble raisonnable de supposer que les entreprises américaines n’agiraient pas différemment face à une incertitude durable en matière de politique tarifaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Accidents de la route: 9 morts et 39 blessés ces dernières 48 heures

Neuf (9) personnes ont trouvé la mort et trente neuf (39) autres ont été blessées dans des accidents de...

LPA: les communes d’Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre

Le vice-président de l'Assemblée populaire de Wilaya d'Alger (APW), chargé de l'habitat et de l'urbanisme, Yahia Nessal a fait savoir, jeudi, que les communes...

Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement « AADL » et « LPP »

Un total de 1.330 logements de type location-vente (AADL 2) et promotionnels publics (LPP) ont été attribués, jeudi, aux souscripteurs, en sus de la...

24e édition de « la Journée de l’Energie »: début des travaux à Alger

Les travaux de la 24ème édition de "la Journée de l'Energie", dédiée cette année à la transition énergétique ont débuté samedi à Alger, en...

Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs

Une stratégie globale pour le développement des énergies renouvelables donnant une vision claire aux investisseurs sera mise en place prochainement, a indiqué samedi à...

Sonatrach: Qualifiée pour évaluer les actifs d’Anadarko en Algérie

La Compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach) est qualifiée pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie, avant d'entamer des négociations avec ce partenaire américain dans...

Tunisie : Le gouverneur de la BCT détaille la situation économique au président Kais Saied

Le président de la République, Kais Saied a reçu, mardi, au Palais de Carthage, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane Abassi. Dans...

Découpage administratif: promotion de 10 circonscriptions du Sud en wilayas, un défi historique

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune, a qualifié, mardi à Alger, la décision de promouvoir, en...
- Advertisement -

Dans la même catégorie

- Advertisement -