Exportation du gaz algérien vers l’Europe : le Maroc favorable au maintien en activité du gazoduc Maghreb-Europe

Après plusieurs mois d’incertitude sur son renouvellement et que l’Algérie s’est préparée à toutes éventualités, le Maroc s’est dit favorable pour le maintien du gazoduc Maghreb Europe, qui relie les gisements de gaz algériens à l’Espagne via le royaume et dont le contrat expire en octobre 2021.

C’est ce qu’a annoncé une responsable marocaine citée par la presse locale. « La volonté du Maroc de maintenir cette voie d’exportation a été clairement affirmée de manière constante, à tous les niveaux, depuis plus de trois ans », a déclaré jeudi au quotidien de l’Agence marocaine de presse (MAP), la Directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra.

Fin juin, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar s’est exprimé au sujet ce gazoduc. « Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires en cas de non renouvellement du contrat d’excellence du gazoduc concerné », avait assuré M. Hakkar, lors d’une conférence de presse animée en marge de la présentation des bilans d’activités de Sonatrach, en réponse à une question sur la possibilité de non renouvellement du contrat d’excellence du gazoduc Maghreb-Europe.

« Même en cas de non renouvellement de ce contrat qui prend fin en octobre prochain, l’Algérie pourra fournir l’Espagne, mais également répondre à une éventuelle demande supplémentaire du marché espagnol sans aucun problème », avait souligné le PDG de Sonatrach. En mai dernier, la presse espagnole avait rapporté en mai dernier que le Maroc n’envisagerait pas de renouveler le contrat pour le gazoduc Maghreb-Europe qui transporte le gaz algérien vers l’Espagne.

Long de 1300 km, le gazoduc Maghreb-Europe traversant le territoire marocain sur une distance de 540 km, a une capacité de 13,5 milliards de m3 par an. L’Algérie est également reliée directement vers l’Espagne par le Gazoduc Medgaz (Beni Saf_Almeria) d’une capacité d’environ 10 milliards de m3 par an.

L’annonce marocaine au sujet du gazoduc Maghreb-Europe intervient dans un contexte de dégradation des relations entre Alger et Rabat. L’Algérie a annoncé sa décision de « revoir » ses relations avec le Maroc. En effet, mercredi dernier, un communiqué de la Présidence, sanctionnant les travaux de la réunion du Haut Conseil de sécurité (HCS) consacrée à la situation dans le pays, a indiqué que « les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l’Algérie ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l’intensification des contrôles sécuritaires aux frontières ouest ». 

En juillet dernier, Alger a rappelé son ambassadeur à Rabat pour consultations, après le soutien apporté par le Maroc au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK). La crise entre l’Algérie et le Maroc ont été également aggravée par le scandale d’espionnage Pegasus dans lequel le royaume est impliqué et en espionnant 6000 téléphones de personnalités algériennes dont de hauts responsables civils et militaires à l’aide d’un logiciel développé par une société israélienne.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -