dimanche, janvier 17, 2021

FCE: plaidoirie pour obtenire des faveurs auprès du Gouvernement

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le Forum des Chefs d’Entreprises (FCE) a tenu ce samedi sa traditionnelle université d’été. Une édition qui est passée presque inaperçu, lorsqu’on sait que ce rendez-vous des opérateurs économiques habituellement occupe des grands espaces dans les colonnes de la presse nationale.

Pourtant lors de la dernière semblée élective, le nouveau patron des patrons avait promis de donner une nouvelle dimension de cette Organisation. Le premier constat qui se dégage de cette rencontre titre dans le sens la suppression ou la révision de la règle 49/51.

Dans sa conférence de presse, le président du FCE  Sami Agli a assuré que « son organisation plaidait depuis 2009 pour la révision de cette règle qui freine les investissements étrangers », car, a-t-il dit, « nous considérons que c’est aux partenaires de gérer leur relations et le partage des actions, sauf lorsqu’il s’agit des secteurs stratégiques, dont la règle reste toujours en vigueur » .

Selon le même responsable, le climat économique pour cette conjoncture nécessite, plus que jamais, une réflexion sérieuse en veillant à examiner toutes les alternatives et les solutions idoines pour assurer une relance sûr et durable de l’économie nationale. La levée des contraintes énoncées dans le cadre de la règle 51/49 % devrait améliorer l’attractivité de l’économie nationale, a-t-il encore estimé.

Concernant les autres nouvelles propositions du Projet de Loi de Finances 2020, le premier responsable du FCE a prévenu que toute augmentation d’impôts en ce moment est « un message négatif » pour les investisseurs et pour l’économie nationale d’une manière générale.

Quant à l’impôt sur la fortune proposé également dans ce projet de loi, Samir Agli a répondu que « le FCE était pour le partage, mais ce partage doit ce faire au moment opportun, car à présent les entreprises vivent des difficultés financières qui ne leur permet même pas de payer leur employés ». Pour lui, « l’économie va mal et aucun secteur n’a été épargné par la crise que traverser le pays ».

A une question du rapport du FCE avec la politique, le patron du FCE a répliqué en affirmant que « son organisation est apolitique et le restera ». Il a néanmoins affirmé que « chaque membre du Forum est libre d’avoir ses propres points de vue politiques et de prendre des positions à titre individuel ».

L’orateur a tenu à préciser qu’ »être apolitique ne signifie pas pour autant que nous ne sommes pas concernés par la conjoncture politique du pays ».

A propos des entreprises qui sont au bord de la faillite, il a fait savoir qu’une rencontre a eu lieu entre le ministre du Travail et les membres du FCE, afin d’accorder un délai de quelques mois à ses entreprises qui ne peuvent pas honorer leur charges (Impôts, taxes..) et qui ont du mal à payer leur salariés, mais la question n’a pas été tranché à ce jour, a-t-il dit.

« Certes, les entreprises économiques doivent honorer leur engagement vis-à-vis les institutions de l’Etat, mais en situation de crise les Etats en générale interviennent  pour leur accorder des délais », a-t-il plaidé, en concluant qu’en situation exceptionnelle, il y a toujours des mesures exceptionnelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Sahara occidental: Moncef Marzouki soutient le Maroc et s’en prend à l’Algérie

L’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a tenu des propos très hostiles au pouvoir algérien le comparant à un «marchand de rêves qui vend des...

Pêche: mesures incitatives pour l’acquisition de matériel de navigation

Le ministre de la Pêche et des Produits halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a tenu mardi une réunion en visioconférence avec le ministre de la...

Pétrole : le baril à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l’Opep+

Le prix du panier de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le pétrole brut algérien, s’est maintenu à prés de 47 dollars...

Rabah Madjer : «On m’a poignardé dans le dos»

Le dernier passage de Rabah Madjer à la tête de la sélection nationale continue à le hanter. Il ne rate pas une occasion pour...

Sahara occidental: Le Maroc vise à amplifier le pillage des ressources sahraouies en violant le cessez-le-feu

Le Maroc a pris le risque de violer l'accord de cessez-le-feu de 1991 signé avec le Front Polisario, pour amplifier son exploitation économique des...

Dans la même catégorie

- Advertisement -