lundi, novembre 30, 2020

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d’un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi à Alger le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, soulignant que le gaz naturel a de « bonnes perspectives devant lui ».

S’exprimant lors d’un point de presse en marge de la 22eme réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence, M.Attar a affirmé que « les perspectives confirment que le gaz naturel a parfaitement sa place dans les prochaines années, notamment dans le cadre de la transformation énergétique qui fait du gaz un associé important aux énergies renouvelables ».

Prévoyant une hausse de la part du gaz dans le mix énergétique mondial passer qui de 23 % actuellement à 28 % à l’horizon 2050, le ministre de l’Energie a soutenu que même c’est cette augmentation, paraissant légère, doit être mise en perspective de l’augmentation de la consommation énergétique mondiale.

Selon les données du GECF, la consommation de gaz en Asie pacifique augmentera de 99% d’ici 2050, en Amérique du nord de 35 % et dans les pays du Golfe de 53 %. En revanche, cette consommation en Europe devra connaître une baisse de 10 % d’ici 2050, a-t-il prévu.

« Cela impose à l’Algérie de diversifier ses marchés en visant notamment les pays d’Afrique où la consommation va augmenter de 147 % », a-t-il fait savoir, ajoutant que le gaz continuera à constituer un « composant important dans la stratégie de développement énergétique nationale ».

S’agissant de la situation actuelle du marché, les exportations des pays membres du GECF ont baissé de 16 % par canalisation et de 2,5 % concernant le gaz liquéfié.

Ceci s’explique notamment par la baisse de la consommation dans le monde qui a diminué durant 2020 (jusqu’au mois d’octobre), de 3,5 %.

« Les marchés spots ont été les plus impactés. La diminution des prix a été comprise entre 38 et 42 % », a pexpliqué M. Attar.

Toujours selon les données du GEFC, les prix du gaz ont retrouvé une tendance haussière depuis juillet dernier.

 » La consommation du gaz va reprendre progressivement avec un taux de 1,5 % en 2021 et de 2,5 % en 2022. Par la suite, cette consommation retrouvera les mêmes niveaux qu’en 2018 et 2019″, a assuré le ministre de l’Energie, considérant que « ce sont là de bonnes perspectives pour le marché du gaz ».

Interrogé à propos de l’Institut de recherche du gaz (GRI), sont le siège est fixé à Alger, Attar a mis l’accent sur l’importance de cet organisme au sein du ministère où des cadres algériens activent dans le cadre d’un programme de recherche technique et scientifique autour de la production de gaz.

« Cela nous permettra de participer au niveau du Forum des pays exportateurs du gaz de façon efficace. Il s’agira aussi pour nos techniciens de bénéficier des expériences nouvelles à travers le monde », a-t-il relevé.

A la question de savoir si le GECF peut devenir un « OPEP du gaz », M. Attar a souligné à ce propos l’importance du Forum, notamment à travers les données qu’il génère, par le biais de son rapport sur les « perspectives 2050 » sur le gaz qui sera publié en décembre prochain.

« Les données du GECF sont de plus en plus prises en considération par les différentes instances énergétiques dans le monde », a-t-il mentionné, assurant que « le moment n’est cependant pas opportun  » pour que le GECF puisse s’ériger un « OPEP du gaz » au vu de la conjoncture actuelle marquée par une baisse de la consommation mondiale et une surproduction de gaz.

Concernant les marchés gaziers de l’Algérie, le ministre de l’Energie a fait observer que « la priorité demeure celle de garantir notre part de marché en Europe ».

A propos des conditions de renégociation des contrats gaziers, M. Attar a indiqué que Sonatrach a négocié avec ses partenaires en intégrant les aspects et les atouts dont dispose l’Algérie, notamment la sécurité d’approvisionnement et l’engagement pour assurer un prix raisonnable.

 » Nous avons signé des contrats conformes à la situation actuelle du marché. La compagnie Sonatrach n’a fait aucun cadeau », a tenu à souligner le ministre de l’Energie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

L’Algérie procèdera à la réalisation progressive de centrales électriques

Le Président directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras a affirmé, mercredi à Blida, que l'Algérie procèdera désormais à la réalisation "progressive" de...

Lancement de la 1ère édition du Forum des Transports lundi prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani supervisera lundi prochain le lancement de la première édition du "Forum des Transports" qui s'inscrit dans le cadre...

Complexe El-Hadjar: importation de l’acier brut pour résoudre le problème d’approvisionnement

Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar (Annaba) sera autorisé à importer de l'acier brut en cas de production locale déficitaire, pour résoudre le problème d'approvisionnement en...

Dans la même catégorie

- Advertisement -