Un groupe d’experts de la Sonatrach a entamé à Houston les premières discussions avec la compagnie pétrolière américaine, Chevron, sur des projets d’exploitation d’hydrocarbures en Algérie, a indiqué un haut responsable de la compagnie nationale.

Cet expert ne dit pas les raisons ayant poussé la Sonatrach à courtiser les compagnies américaines. On ne dit pas non plus s’il est question de l’exploitation des hydrocarbures conventionnels ou fossiles.

Cela étant dit, après ExxonMobil, c’est Chevron la deuxième compagnie pétrolière américaine qui s’intéresse au domaine minier de l’Algérie et envisage de s’y implanter pour développer des projets de production, a déclaré à l’APS Toufik Hakkar, vice-président Business Development & Marketing de Sonatrach.

Les deux groupes ont tenu vendredi une réunion de travail à Houston en marge du Forum algéro-américain sur l’énergie et se sont donnés rendez-vous à Alger pour le mois prochain pour discuter des détails des projets.

Cette réunion étaient présent une délégation de Sonatrach conduite par le PDG Abdelmoumen Ould Kaddour et trois hauts dirigeants de Chevron chargés de l’exploration, du développement des affaires et des joint-ventures à l’international.

La deuxième major américaine s’intéresse à l’exploration et production des ressources conventionnelles et non conventionnelles, a-t-on précisé de même source.

Chevron a été motivé par le succès réalisé par Anadarko en Algérie. D’ailleurs la major américaine a pris contact avec Anadarko pour s’informer des conditions de l’investissement dans le pays.

Au cours de son séjour à Houston, le groupe Sonatrach a tenu une autre réunion avec la major ExxonMobil qui souhaite se lancer massivement dans la prospection et la production des hydrocarbures en Algérie.

Côté ExxonMobil, quatre hauts dirigeants ont assisté à cette réunion, dont le vice-président chargé des nouvelles opportunités en Afrique, David Maclean, le responsable de la commercialisation pour l’Afrique, Ufuoma Ewherido, le directeur principal des opportunités au niveau mondial, Pete Rumelhart, et le principal responsable chargé des relations avec les gouvernements à l’international, Rochdi Younsi.

Les discussions se sont poursuivies sur les aspects technique, fiscal et économique des projets proposés à ExxonMobil, selon M. Hakkar qui précise que l’intérêt porté par la doyenne des grandes compagnies pétrolières mondiales à l’Algérie est valorisant pour son domaine minier.

ExxonMobil et eu égard à son poids, s’engage sur de grands projets énergétiques qui nécessitent d’importants investissements. Son implantation en Algérie aura un effet d’entrainement sur le pays dans la mesure où elle va inciter d’autres compagnies à venir investir en Algérie, a-t-il relevé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here