L’admission temporaire est un régime douanier qui permet d’introduire sur le territoire national une marchandise sans paiement immédiat des droits de douane. Ce régime est plus au moins méconnu auprès des opérateurs économiques et présente beaucoup d’avantages.

Pour sa vulgarisation, la directrice générale de la Chambre algérienne du commerce et d’Industrie (CACI), Ouahiba Bahloul, a appelé lundi à Alger, les opérateurs économiques algériens à recourir davantage au carnet douanier d’admission temporaire, leur permettant d’importer ou exporter, de manière temporaire, des marchandises sans paiement des droits et taxes normalement applicables.

« L’Algérie dispose d’un dispositif très performant, mais méconnaissable, qui est le carnet douanier d’admission temporaire, c’est pourquoi nous invitons les opérateurs économiques algériens à recourir davantage à ce mécanisme qui leur offre beaucoup de facilités et d’avantages en termes de procédures douanières, de couts, ainsi que possibilités de pénétrer des marchés à l’international « , a expliqué Mme Behloul à l’APS.

Elle s’exprimait en marge d’une journée d’information sur le carnet douanier d’admission temporaire, organisée par la CACI, en collaboration avec la direction générale des douanes algériennes (DGD) et l’Ecole supérieure algérienne des affaires (ESAA).

Précisant que le but de cette journée était de vulgariser et sensibiliser les opérateurs économiques sur la nécessité de recourir au carnet douanier d’admission temporaire, la responsable a souligné que le contexte actuel de l’économie algérienne axé sur une vive dynamique à l’export et surtout la participation à des foires à l’international pour promouvoir le produit algérien « rend ce dispositif indispensable ».

A travers ce genre de journées d’information initiées par la CACI à travers le territoire national, précise-t-elle, le nombre des opérateurs ayant utilisé cette procédure ces trois dernières années avoisine les 130 opérateurs économiques annuellement, alors qu’il ne dépassait pas les trentaines auparavant.

Expliquant que l’Algérie était signataire des accords internationaux initiant ces procédures depuis les années 90, mais les orientations économiques n’étaient pas en faveur de leur expansion, elle a précisé que son institution poursuivra ces actions de proximité et de sensibilisation en vue d’augmenter le nombre d’opérateurs économiques utilisant ces procédures.

Intervenant lors de cette journée, le représentant de la DGD, Adel Habsa, a expliqué que le carnet douanier d’admission temporaire, communément appelé le carnet ATA est un document de passage en douanes en suspension des droits et taxes, permettant l’exportation temporaire dans 76 pays de certains types de marchandises et équipements destinés à divers usages, notamment les échantillons commerciaux et matériels professionnels destinés aux expositions dans des foires et salons, conformément à la Convention de Bruxelles de 1961 et la Convention d’Istanbul de 1990.

Selon lui, le carnet ATA, remplace les obligations déclaratives lors du franchissement de chaque frontière et dispense de fournir aux douanes une garantie (caution ou consignation) exigible par les douanes pour toute exportation ou importation temporaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici