Importation de blé : l’Algérie attentive au marché russe

« L’Algérie est extrêmement intéressée par l’importation de blé russe et envisage cette possibilité après avoir analysé les informations reçues lors de l’inspection. La décision de la partie algérienne sera également basée sur les résultats de l’inspection du lot de blé d’essai qui sera envoyé à l’Algérie dans un avenir proche », rapporte l’agence Tass, se référant à Rossel khoznadzor, l’organe de surveillance auprès du ministère russe de l’Agriculture.

L’Algérie, qui veut diversifier ses fournisseurs, est le deuxième plus gros importateur de blé au monde après l’Egypte, avec une moyenne de plus de 7 millions de tonnes, et tend à diversifier ses fournisseurs depuis quelque temps.

La France reste le premier pays exportateur de blé vers l’Algérie pour un montant de 990.2 millions de dollars) en 2016, suivie du Canada avec 354,5 millions et de l’Allemagne pour 254 millions de dollars.

En outre durant ces dernières années, on a enregistré avec certains pays fournisseurs une très forte progression de vente de blé. A l’image de l’Allemagne (+ 2 591%), l’Ukraine (+ 2 233%), du Canada (+ 1 193%) et de l’Estonie (+ 1 123%). En revanche, deux pays ont connu une baisse de la valeur de leurs approvisionnements en blé des importateurs algériens, à savoir la France (-53,6%) et le Royaume-Uni (-32,7%).

Quant au blé russe entrain de grappiller des parts sur le marché traditionnel des Français. En 2017, les premiers contingents arrivent en Algérie pour un montant de plus de 5 millions de dollars.

Les Russes, dont la production pour la saison 2017-2018 a été révisée à la hausse par le ministère américain de l’Agriculture (USDA), tablait sur un nouveau record mondial de volume avec 85 millions de tonnes.
Une aubaine pour pénétrer le marché algérien et africain d’autant que leurs fournisseurs principaux dont la France ont eu une mauvaise récolte notamment en 2016 ;

L’Algérie, qui a subi le diktat de certains marchés, s’est tournée vers d’autres sources d’approvisionnement. La Russie et l’Ukraine en tête, mais aussi le Canada ou encore les Etats-Unis et même l’Argentine qui est redevenue un fournisseur de l’Algérie après trois ans d’absence. En décembre 2016, 30.000 tonnes de blé sont parties du port de San Lorenso en direction de l’Algérie. Le Mexique fait aussi partie des fournisseurs de l’Algérie, lui acheminant environ 50% de sa production de blé en 2015.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -