jeudi, mars 4, 2021

Importation de kits SKD/CKD: le paiement différé comporte des risques

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La substitution du paiement cash des importations des kits SKD-CKD par un paiement différé de neuf (9) mois, comporte différents risques notamment un « manque à gagner » au profit des banques étrangères, a estimé mardi le Collectif des fabricants de produits électroniques et électroménagers dans un communiqué.

Parmi ces risques le collectif a également cité la « cessation de la production début-décembre », ajoutant que « suite au refus de la grande majorité des fournisseurs de se conformer au nouveau mode de paiement (paiement différé sur 9 mois), la quasi-totalité des opérateurs n’ont pas pu lancer les commandes de matière première et de kits ».

De ce fait, un « nombre considérable » de fabricants algériens se trouve, selon la même source, dans l’obligation d’arrêter la production même dans le cas où la note sera annulée d’ici début décembre.

« L’arrêt de production est inévitable et sursoir cette note peut seulement éviter cet arrêt sur le long terme », a-t-on soutenu.
Le collectif a, aussi, évoqué l’augmentation de la facture d’importation des produits électrodomestiques et téléphonie de 7 à 10%, en devise.

« Un nombre minime de fournisseurs a accepté le nouveau mode de paiement, mais ceci avec une hausse du prix variant de 7 à 10%. Cette augmentation doit couvrir les frais de leurs banques et assurances engendrés par ce type de paiement », a souligné la même source.

Le collectif met également en garde contre le risque de « perte ou de manque à gagner aux banques algériennes au profit des banques étrangères car à travers un différé de paiement de 9 mois l’opérateur algérien n’aura plus besoin du crédit d’exploitation auprès de sa banque algérienne ».

D’autres risques sont également éventuels comme la « mise au chômage de plus de 40. 000 employés qu’emploie l’activité de cette filière », a averti le collectif, ajoutant que « quelques opérateurs ont déjà procédé à un plan de compression de leurs effectifs ».

La même source a évoqué aussi le risque de « pénurie des produits concernés avec en conséquence une hausse des prix de ces derniers », de « perte en taux de change surtout que la durée est très longue (9 mois) », de « retour au régime d’importation en produit fini ».

« Si on arrive à cette situation, le risque d’augmentation de la facture du fret maritime peut facilement dépasser les 400 millions dollars, ceci est dû à la multiplication du nombre de conteneurs par quatre (4), voir plus (car en produit fini le conteneur ne peut supporter que 25% du volume en kit).

« Cette mesure est porteuse de conséquences très néfastes à la filière, laquelle est forte de plus de quarante (40) fabricants et se caractérise par un enjeu économique et social prépondérant d’autant plus qu’elle a réussi à devenir, au fil des années, un pôle industriel par excellence qui a réussi à rétrécir à néant le champ des importations pour laisser place à un marché à prédominance locale et ouvrir de nouveaux horizons en export », a jugé le collectif.

Le Collectif des fabricants de produits électroniques et électroménagers, qui compte actuellement une quarantaine d’entreprises privées et publiques, est en phase de devenir une association « d’ici fin décembre », a-t-on appris auprès d’un de ses membres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Economie / Monde: la femme toujours défavorisée par rapport à l’homme

Les pays avancent à petits pas vers une plus grande égalité entre les sexes mais, à travers le monde,...

Selon Jerome Powell: L’économie toujours impactée par la Covide-19

La reprise de l'économie américaine reste "inégale et loin d'être complète" et il faudra "un certain temps" avant que la Réserve fédérale envisage de...

Zone Euro: l’inflation est de retour depuis 6 mois

Le taux d'inflation dans la zone euro est redevenu positif en janvier pour atteindre 0,9% sur un an, son plus haut niveau depuis six...

General Motors-la filial Cruise: Microsoft investit 2 milliards dollars pour le développement du véhicule autonome

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) et sa filiale Cruise ont conclu un partenariat stratégique de long terme avec Microsoft, destiné à accélérer...

France: vers un rebond 5,5% du BIB selon le FMI

La France doit commencer à élaborer dès à présent un plan pour contenir sa dette dès que l'économie aura fermement surmonté la crise due...

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le fer, le gypse, la fluorine-barytine...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Dans la même catégorie

- Advertisement -