Issad Rebrab, fondateur du groupe Cevital : « nous avons une technologie unique au monde »

Le capitaine de l’industrie algérienne, Issad Rebrab, décline dans cet entretien les explications sur la technologie développée par EvCon, la filiale allemande de Cevital. « Cette technologie est révolutionnaire », dans le sens où elle a bouleversé le paradigme dans le traitement et la purification de l’eau par la mise au point une nouvelle membrane qui sera fabriquée uniquement en Algérie. Certainement, c’est le début d’une autre histoire pour le plus grand groupe privé national, Cevital. Cette histoire sera couronnée à très court terme par une série d’investissements en Algérie mais aussi à l’international. Cet investissement est amorti en une année, selon le fondateur du Groupe. D’après, le patron de Cevital, toute la production de la nouvelle génération de membrane est déjà vendue, alors qu’elle n’est pas encore fabriquée. Mais ce qui attitre admiration dans cet exploit est que les plus grands groupes mondiaux veulent s’associer au bisness que compte développer Cevital. On citera Siemens, Döhler, Bosch, Schlumberger.

Challenges Algérie : M. Rebrab, pouvez-vous nous présenter l’entreprise EvCon la filiale allemande du groupe Cevital ?

Issad Rebrab, le fondateur du groupe Cevital

Issaad Rebrab : EvCon est une start-up basée en Allemagne. Elle a été rachetée par Cevital. Elle est donc une filiale de Cevital, à l’image des autres filiales montées dans certains autres pays de part le monde. La création de ces filiales à l’international s’inscrit dans le cadre de la diversification et le développement des activités de notre groupe.

EvCon est avant tout un centre de recherche dont l’une des missions est la fabrication de grosses machines de traitement de l’eau. A la fin du processus, on obtient une eau ultra pure. Jamais dans l’histoire de l’industrie, il n’a été obtenue une aussi pure que celle produite par EvCon. Nous détenons, à travers EvCon, une technologie unique au monde.

Comment avez-vous fait pour atteindre un niveau de performance aussi élevé ?
Cevital a toujours investi dans les centres de recherche pour la maitrise des technologies. C’est quelque chose de primordial pour le Groupe. Avec le centre en Allemagne, on compte 3 autres centres de recherche et développement. Le premier concerne l’électronique et la connectivité des objets. Le second se trouve au niveau de la plate forme de développement des machines à laver. Le 3eme, nous l’avons hérité de Brandt dans le segment des cookies. Ce centre est spécialisé dans le développement des technologies de la cuisson pour les fours, les cuisinières, les micro-ondes notamment.

En ce qui concerne la dernière acquisition, à savoir filiale EvCon, elle s’est spécialisée dans une recherche de technologie de pointe inhérente au secteur de l’eau dans le volet traitement. Jusque là, les usines de traitement de l’eau utilisent tout un processus pour obtenir une eau pure. Cette eau subit un long processus. Elle passe à travers 5 machines pour qu’elle devienne une eau pure, avec l’utilisation de beaucoup de produits chimiques. Les machines en question fonctionnent avec des membranes dites de première et de seconde générations.

Mais en quoi consiste réellement l’apport technologique mis au point par EvCon ?
EvCon a mis au point une nouvelle membrane. Cette membrane dite de 3éme génération a changé tout le paradigme de la production d’eau ultra pure. Nous sommes les seuls au monde à détenir sa technologie. C’est une technologie disruptive. Elle est innovante et en rupture totale avec la technologie utilisée jusque là dans le processus de purification de l’eau.

Elle a changé le paradigme de la production d’eau ultra pur dans l’industrie pharmaceutique, l’industrie des semis conducteurs, de l’agro alimentaire, de dessalement d’eau de mer, dans le traitement d’eau de l’industrie chimique ainsi que dans le traitement des eaux du pétrole de schiste et du gaz de schiste. A titre de comparaison, dans l’industrie pharmaceutique, l’eau était traitée par 5 machines, alors qu’aujourd’hui, nous pouvons réaliser l’opération avec seule machine mais avec des résultats dix fois meilleurs.

Votre machine jouit déjà d’un grand intérêt chez les groupes internationaux. Allez-vous la produire en Algérie ?
Notre modèle buisness est de produire le cœur de la technologie de l’industrie des membranes ici en Algérie. Cette technologie que nous détenons est couverte par 189 brevets. En ce qui concerne les machines, on les produira partout dans le monde avec nos partenaires locaux. Parce que, seul, Cevital ne peut pas y arriver. La raison est qu’il y’a une très forte demande. Toutes les usines dans le monde entier sont tenues de changer leurs machines, et ce pour deux raisons. La première a un lien avec le résultat obtenu avec nos machines et qui est dix fois supérieurs aux caractéristiques obtenus par les anciens procédés. La seconde raison est en relation avec le coût de le technologie qu’on propose, et qui est quatre fois moins chère. Notre offre est indéniablement avantageuse qualitativement et financièrement.

Vous avez évoqué le sujet relatif au traitement de l’eau de mer et les stations de dessalement. L’Algérie compte actuellement 13 stations importantes. Cette nouvelle technologie sera d’un apport important pour le secteur des ressources en eau. Avez vous entamé des démarches pour assurer des prestations pour l’entretien des installations, sachant que les filtres et les membranes importés son payées en devise et à des prix élevés ?
Avec ce nouveau procédé, on peut dessaler l’eau de mer avec un coup très bas. Maintenant, en ce qui concerne notre pays, nous avons écrit au Ministère des ressources en eau. On nous a orienté vers le ministère de l’Energie qui a financé les Stations. Si on nous répond, nous allons faire des choses ensemble. Si on nous ne répond pas, le marché international reste très demandeur. Le groupe Siemens a un marché en Arabie Saoudite pour la réalisation de centrales électrique de 4 gigawatts. On nous a proposé d’y aller avec eux. Un autre client, un leader mondial dans le secteur pharmaceutique a, lui seul, passé une commande de 50 machines pour la production d’eau ultra pure. Notre stratégie est de vendre de la membrane à nos filiales qui, elles même, produisent des machines pour mettre le pack (les machines et les membranes) à la disposition des clients.

Vous avez indiqué que cette membre sera produite en Algérie. Avez-vous déjà dégagé une échéance pour l’entame de la production ?
On a lancé la construction de 2 unités, avec 2 lignes de production chacune. On va réceptionner les équipements incessamment. D’ors et déjà, la filiale chinoise de Cevital a reçu une commande de 7500 m² de membrane. Toute notre production est vendue à l’avance.

Peut-on connaître le coût d’investissement pour cette unité ?
Une unité de production coûte près de 18 millions d’euros. L’année prochaine, on va construire 12 centres de production de membrane de 3éme génération. Ensuite, chaque année, on encore réaliser 12 à 25 centre de production de membranes. C’est un investissement qui sera amorti en un an. On compte atteindre environ 300, voire 500, centres de production.

Et les Stations de production de l’eau ultra pure, elles seront fabriquées dans quel pays ?
Elles seront fabriquées un peut partout dans le monde. Pour aller vite et répondre à la demande internationale, nous sommes entrain de signer des joint-ventrues avec certains groupes industriels connus mondialement. Pour le traitement de l’eau de mer, nous avons pris Siemens. Pour l’industrie pharmaceutique, on est en négociation avec Bosch industrie pharmaceutique. Pour le traitement de l’eau de gaz et du pétrole de schiste, nous allons signer prochainement avec Schlumberger aux Etats-Unis unes et enfin avec le géant allemand, Döhler, dans l’industrie de l’agro-alimentaire.

S’agissant de la demande interne en eau purifiée, comment allez vous réagir face à la demande des entreprises algériennes qui opèrent dans les secteurs cités plut haut ?
En plus des centres centre de production de la membrane, nous allons produire également de l’eau pure. Le marché local sera approvisionné. Le besoin des usines algériennes seront couverts. S’il y a des clients locaux, évidemment nous allons les accompagner pour satisfaire leurs besoins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici