Ahmed Ouyahia a été quatre fois Premier ministre, dont trois sous la présidence de M. Bouteflika (entre 1999 et 2019). REUTERS/Zohra Bensemra

Le juge a décidé et le verdict est tombé. L’intouchable, l’ex premier ministre passera sa première nuit à la prison El Harrach.

Un événement judicaire inédit en Algérie, après plusieurs mois de soulèvement populaire que l’ex chef du RND a toisé avec dédain. Il avait déclaré que « le soulèvement populaire Rih Fe Chbek ! »

En toute état de cause, après plusieurs heures d’audition sur les affaires douteuses du groupe ETRHB, le juge d’instruction près la cour suprême a ordonné la mise sous mandat de dépôt de l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia.

En effet, un juge enquêteur de la Cour suprême a été désigné pour instruire le dossier des anciens membres du gouvernement et anciens Premiers ministres impliqués dans des affaires de corruption.

L’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia est arrivé la Cour suprême vers 14 heure à bord d’un véhicule officiellement escorté par ses gardes du corps.

Ahmed Ouyahia est poursuivi dans plusieurs dossiers de corruption et de dilapidation de derniers publics et corruption qui s’est généralisée sous l’ère du chef d’Etat démissionnaire.
L’ancien ministre des Travaux publics et des Transports Abdelghani Zaâlane, également arrivé à la Cour suprême presque au même moment que Ouyahia, est toujours devant le juge chargé de l’affaire. D’après notre source, l’ex wali d’Oran, directeur de campagne de Bouteflika pour le 5eme mandat, devrait emboiter le pas à son ex premier Ministre, Ahmed Ouyahia, à la prison El Harrach.

Demain, jeudi, dans le même dossier, plusieurs Ministres seront entendus par la même juridiction.