vendredi, octobre 30, 2020

Le complexe industriel de  textile Tayal de Relizane: les employés réclament des salaires décents comparables à ceux perçus par les travailleurs turcs   

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le complexe industriel de  textile Tayal connait ses premiers couacs. les jours à venir risquent d’être compliqués pour les responsables de cette usine Implantée à Relizane sur une superficie de 250 hectares.

En effet, quelques mois seulement après le lancement de ses ateliers de couture, le complexe textile Tayal, l’ambitieux projet concrétisé à la faveur d’un partenariat algéro-turc, a vu son activité subitement interrompue, ce mercredi, suite au débrayage des employés algériens.
En effet, ils étaient des dizaines de femmes et d’hommes, tous nouvellement recrutés, à refuser de s’asseoir devant leurs machines, pour dénoncer la dégradation de leurs conditions socioprofessionnelles.

« Nous sommes surexploités. Nous travaillons comme des bêtes de somme, alors qu’on est faiblement rémunérés comparativement au personnel étranger », a tempêté une jeune fille. « Nos salaires ne dépassent pas le SNMG, soit les 18 000 DA. Nous sommes qualifiés pour répondre aux aspirations de l’usine et nous réclamons un salaire en rapport avec l’effort que nous déployons », a renchéri un autre jeune.
Nous avons appris que, pour ces raisons, certains employés, notamment les filles, ont abandonné leurs postes.

Toutes nos tentatives pour prendre attache avec les responsables du complexe sans restées vaines. Dans un autre registre, l’on apprend de sources dignes de foi que le processus de recrutement au niveau dudit complexe est en stand-by pour un problème d’approvisionnement en eau. Là aussi, nous n’avons pas pu avoir de réponse.

Cela dit, les indices de recrutement de ce méga projet auquel a été consacré un faramineux investissement ne semblent pas présager le recrutement des 10 000 chômeurs pour ses premières années de production. « Jusque-là, les chiffres réalisés par le groupe Tayal en matière de recrutement ne sont pas à la hauteur des espérances », a souligné le directeur de l’emploi lors de sa dernière conférence consacrée à la situation de son secteur dans la wilaya.

Le pôle industriel des textiles « Tayal » est le fruit d’un partenariat entre un des leaders du textile en Turquie « Taypa » et des entreprises publiques algériennes : le groupe Confection et Habillement « C&H », l’Algérienne des Textiles « Texalg » et la SNTA.

L’usine de filature de Tayal a déjà démarré sa production le 15 mars dernier avec une capacité initiale de production de 30 millions de mètres par an. 60% de la production de ce complexe sera destiné à l’export.

D’un investissement global de 170 milliards de DA, ce projet pourrait créer jusqu’à 25.000 postes d’emplois à partir de 2020, date de la finalisation totale du complexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Micro-entreprises: les attributions du ministre délégué auprès du Premier ministre fixées

Plusieurs missions ont été attribuées au ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la micro-entreprise, portant notamment sur...

CPA: lancement de neuf produits issus de la finance islamique

Le Crédit Populaire d'Algérie (CPA) a lancé dimanche la commercialisation de neuf (9) produits de la finance islamique au niveau de son agence du...

Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d’ici 5 ans

Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son Président...

Ville nouvelle de Hassi Messaoud: le projet mis sous la tutelle du ministère de l’Habitat

Le projet de réalisation la Ville nouvelle de Hassi Messaoud (Ouargla) a été officiellement mis sous la tutelle du ministère de l'Habitat, de l’urbanisme...

Le projet d’amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles

Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a affirmé, mardi, à Alger, que le projet d'amendement de la Constitution, qui sera soumis au référendum le...

Kamel Rezig réaffirme sa volonté d’accompagner plus les producteurs et les exportateurs

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a réaffirmé mardi à Bouira l’engagement et la disposition de son département à accompagner davantage les producteurs ainsi...

Finances : le CPA lance un nouveau produit dédié aux PME et startups

Le Président directeur général (Pdg) du Crédit Populaire d'Algérie (CPA), Mohammed Dahmani, a annoncé, mardi à Alger, le lancement officiel par cette banque publique...

Commerce extérieur: exportation de 240 000 m2 de plaques de plâtres vers le Maroc

Une cargaison de 240.000 mètres carrés de plaques de plâtres standards ignifuges (résistantes au feu) et hydrofuges (résistantes à l'humidité) vient d’être exportée vers...

Dans la même catégorie

- Advertisement -