L’Etat paie les frais : transport des légumes et viandes vers le Sud

Le ministre du Commerce, Said Djellab a annoncé jeudi la prise en charge des frais de transport des fruits et légumes et des viandes vers les wilayas Sud du pays en vue de contribuer à la baisse de leur prix dans ces régions.

Il faut dire que le prix des fruits et légumes dans le sud est 30% plus cher par rapport aux prix pratiqués dans le nord du pays. Une équation que les services du Commerce tente d’apporter des réponses pour réparer cette injustice.

Ainsi, lors d’une réunion d’évaluation des mesures prises pour la régulation des marchés durant le mois de Ramadhan, le ministre a précisé que les fruits et légumes et les viandes (blanche et rouge) seront ajoutés à la liste des produits bénéficiant du fonds de compensation des frais de transport vers les wilayas du sud après avoir constaté « une fluctuation des prix de certains produits soumis aux prix référentiels dans ces wilayas », selon un communiqué du Ministère.

La subvention par l’Etat dans le cadre de ce fonds se limite aux denrées alimentaires de large consommation, rappelle la même source.

Il y aura également une coordination avec les offices interprofessionnels relevant du ministère de l’Agriculture, tels que l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), l’office national interprofessionnel des légumes et des viandes (ONILEV) et le groupe industriel agricole AGRODIV, en vue de maitriser les prix des marchandises et des services dans les wilayas Sud.

Dans ce cadre, les offices interprofessionnels ont été chargés d’ouvrir des points de vente ou de convenir avec des mandataires agréés dans ces zones pour la vente directe de la marchandise du producteur au consommateur final, de manière à éviter les intermédiaires qui contribuent à la hausse des prix des produits de consommation, souligne le document.
Présidée par le ministre du commerce, la réunion d’évaluation a regroupé le Secrétariat général des commerçants et artisans algériens, l’association nationale des commerçants et artisans et les associations nationales de protection des consommateurs.

Cette réunion intervient pour évaluer l’action commune entre le ministère et les différents partenaires professionnels durant le mois de Ramadhan relative à la régulation du marché, l’exploitation des marchés en attente de mise en service et la feuille de route relative aux prix des produits de large consommation à travers les prix référentiels, tout en veillant à assurer les permanences.

Durant, le ministre s’est félicité des résultats enregistrés sur le terrain ainsi que des opérations de communication, de coordination et de sensibilisation pour assurer un meilleur service public et préserver le pouvoir d’achat et les prix et lutter contre les spéculateurs, ajoute la même source.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -