L’Organisation internationale du Travail: reprise économique inédite et création de 100 millions d’emplois à partir du 2e semestre 2021

Un processus de reprise économique « inégale » à l’échelle mondiale pourrait s’amorcer à partir du second semestre de 2021 avec la création de 100 millions d’emplois, grâce aux progrès de la vaccination et aux dépenses budgétaires à grande échelle, a indiqué l’Organisation internationale du travail (OIT).

Au niveau mondial, la reprise devrait entraîner la création nette de 100 millions d’emplois en 2021 puis de 80 millions en 2022, a indiqué l’OIT dans son récent rapport intitulé « Emplois et questions dans le monde ».

Les analystes du rapport préviennent, cependant, que sans une action politique internationale « concertée » portant à la fois sur la distribution des vaccins et sur le soutien budgétaire et l’allègement des dettes, les effets positifs de cette reprise sur l’emploi resteront, pour la plupart limités géographiquement.

Les analystes de l’OIT ont estimé, en outre, qu’il serait probable qu’il y aurait moins d’emplois par rapport à ceux qui auraient été créés en l’absence de pandémie.

« En tenant compte de cette croissance perdue de l’emploi, ils prévoient que déficit mondial d’emplois induit par la crise devrait s’élever à 75 millions en 2021 et à 23 millions en 2022.

« Le déficit correspondant en heures de travail en 2021 s’élève à 3,5 %, soit l’équivalent de 100 millions d’emplois à plein temps », ont-ils détaillé.

De plus, la croissance prévue de l’emploi sera trop faible pour offrir suffisamment de possibilités d’emploi aux personnes qui sont devenues inactives ou chômeuses pendant la pandémie et aux jeunes qui entrent sur le marché du travail et dont l’éducation et la formation ont été fortement perturbées.

« Il en résulte que de nombreux travailleurs auparavant inactifs qui entreront dans la population active ne pourront pas trouver d’emploi ».

Cela devrait entraîner une hausse soutenue et prononcée du chômage de 187 millions de chômeurs en 2019 à 220 millions en 2020, 220 millions en 2021 et 205 millions en 2022, prévient le rapport.

Jusqu’à la crise due au COVID-19, le taux de chômage projeté de 5,7 % en 2022 avait été enregistré pour la dernière fois en 2013.

Contrairement à la situation qui prévalait cette année-là, le chômage devrait être élevé dans les pays à tous les niveaux de revenus en 2022, et les pays à revenu intermédiaire devraient être les plus touchés, prévoient les auteurs du rapport.

« La reprise sera en effet relativement plus rapide dans les pays à revenu élevé. Par contre, dans les pays à revenu faible et intermédiaire, l’accès plus limité aux vaccins et les contraintes plus fortes sur les dépenses budgétaires freineront la relance de l’emploi », ont-ils conclu.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -