mardi, avril 20, 2021

L’USINE DE TRITURATION DE BÉJAÏA du groupe Cevital  : Saïd Benikène se dit optimiste

Source : FARID BELGACEM, Liberté

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le stockage des équipements en Belgique, en France et à Malte a engendré un coût supplémentaire avoisinant les 2,5 à 3 millions d’euros de frais à Cevital à cause de ce blocage, relève le CEO de Cevital.

Le directeur général exécutif du groupe Cevital, Saïd Benikène, a qualifié, le blocage du projet d’une unité de trituration de graines oléagineuses dans la wilaya de Béjaïa de “crime économique”. Dans un entretien accordé hier au site électronique TSA, M. Benikène a démonté les arguments du directeur du port de Béjaïa, Achour Djelloul, révélant que ce projet pourrait connaître, prochainement, un dénouement en faveur du groupe Cevital.

Qualifiant la visite des représentants de la Direction de l’industrie et des mines de Béjaïa à l’entreprise et au directeur du port “d’une première”, M. Benikène a indiqué que cela pourrait s’inscrire dans l’optique d’une compréhension du sujet. “Si cette démarche permet un dénouement du dossier, nous ne pouvons qu’applaudir. C’est la première fois que cela arrive (…). Toute action qui permettrait de sortir de cette impasse et d’éviter ce crime économique contre l’Algérie, contre la population algérienne et contre la population de Béjaïa qui attend cette usine et les postes d’emploi qui seront créés, est la bienvenue”, a indiqué M. Benikène, qui s’appuie, à ce propos, sur l’appel du président de la République aux investisseurs, aux industriels et aux opérateurs économiques pour investir dans l’économie productive, participer à l’effort de redressement de l’industrie algérienne, participer à l’effort d’exportation hors hydrocarbures et diversifier l’économie nationale.

“Je saisis cette occasion pour en appeler au président de la République et lui demander d’intervenir pour mettre un terme à cette aberration qui n’a que trop duré. Il y va de la diversification de notre économie et de l’avenir de notre jeunesse frappée de plein fouet par le chômage”, a affirmé M. Benikène qui exprimera son optimisme quant aux développements que devraient connaître cette affaire. “Quand vous investissez dans votre pays dans l’économie productive, vous ne pouvez pas être pessimiste. Nous sommes persévérants et optimistes pour notre pays, pour Cevital, non seulement en raison de la visite des cadres de la DMI de Béjaïa, que je remercie d’ailleurs au passage, mais aussi pour l’ensemble de la mobilisation populaire autour de ce projet. En Tout cas, nous avons gagné la bataille de l’opinion”, a développé le directeur général exécutif du groupe Cevital qui met en avant la confiance, la vision et le sens de l’État et de ses institutions “pour que cette affaire se règle sans avoir besoin d’aller au-delà de ce qui a été fait jusqu’à présent”.

M. Benikène, qui rappellera la genèse de cette affaire, mais aussi les retombées immédiates de ce projet sur l’emploi, la satisfaction des besoins du marché local, les exportations et la forte valeur ajoutée à court et moyen termes, persiste et signe que les subterfuges avancés jusqu’ici pour refuser le déchargement des équipements de Cevital depuis plus d’un an ne tiennent plus la route. Ce blocage a contraint le groupe Cevital à stocker ses équipements dans trois endroits, en l’occurrence Anvers en Belgique, Fos-sur-Mer (Marseille) et Malte, pour un coût avoisinant les 2,5 à 3 millions d’euros de frais supplémentaires, alors que le montage de l’usine devait être achevé au mois de mars dernier. M. Benikène a assuré que Cevital a réalisé toutes les études et que cette usine ne génère “aucun problème de nuisance quelconque vis-à-vis de la route ou du port”. “Cevital est une entreprise sérieuse. Avant de nous lancer dans un projet quelconque, nous nous assurons bien évidemment que le terrain convient et que toutes les conditions légales et techniques nécessaires à sa réalisation sont réunies”, affirme-t-il.

Du reste, il dira que le groupe Cevital a acheté cette usine et l’a payée intégralement sur ses fonds propres, “il en est donc le propriétaire légal et la Direction du port de Béjaïa n’a aucune raison légale de bloquer son déchargement (…). Les arguments qui sont avancés sont donc mensongers. Ils ne sont qu’une manœuvre destinée à couvrir un véritable crime économique, dont la victime n’est pas seulement Béjaïa, mais toute l’économie de notre pays”.

Aussi, il explique que l’installation à Béjaïa de cette usine obéit à des raisons “strictement industrielles et économiques, comme la compétitivité, la proximité avec les unités de raffinage et la logistique”. Au plan juridique, M. Benikène s’interroge en quoi cela pourrait regarder le DG du port de Béjaïa à qui il lancera cette pique : “Je suis cependant d’accord avec lui sur un seul point, lorsqu’il dit que nous sommes dans une République qui a des lois. Je lui dis : oui monsieur, ce sont ces mêmes lois de la République que nous vous demandons aujourd’hui de respecter et d’appliquer.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

SEAAL: fin de partenariat avec Suez

Le ministre des Ressources en Eau, Mustapha Kamel Mihoubi, s’est à nouveau exprimé, ce lundi 19 avril 2021, au...

Réseaux sociaux : droit au registre de commerce pour les influenceurs

Un nouveau code d’activité a été ajouté à la nomenclature des activités économiques du Centre national du Registre du Commerce (CNRC), permettant ainsi aux « influenceurs » et...

Conseil des ministres: communiqué intégral

"Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale a présidé ce dimanche 18 avril...

Chanson: Décès de la chanteuse Naima Ababsa

La chanteuse et interprète de la chanson andalouse et de variétés algériennes, Naima Ababsa, est décédée dimanche à Alger, à l'âge de 58 ans...

Ramadhan à El Bayadh: la « Hrira » en reine sur les tables à Boussemghoune

La "Hrira", plus connue en tamazight sous l'appellation de "Iyouzane Neznebou" trône durant le mois de Ramadhan, en reine sur les tables des familles...

Importation des véhicules neufs: mise en garde contre la fraude et l’escroquerie par le président Tebboune

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune qui a présidé, dimanche, le Conseil des ministres, a mis en avant la nécessité d’adopter une approche...

Flambée du prix de la pomme de terre: déstockage de 30.000 tonnes depuis le début avril

Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a procédé dimanche au déstockage d'importantes quantités de pomme de terre à travers plusieurs wilayas du...

Surcharge des ports: appel à créer des espaces de stockage des conteneurs de marchandises

Le Directeur général des Douanes algériennes Noureddine Khaldi a appelé samedi à Oran les entreprises portuaires du pays à créer des zones et des...

Dans la même catégorie

- Advertisement -