mercredi, octobre 28, 2020

Maroc: Sécurité énergétique en danger

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le Maroc dépend des importations pour la totalité des combustibles fossiles, ce qui a des « répercussions évidentes » en termes de sécurité énergétique et d’économie nationales, fait observer l’Agence Internationale de l’Energie (AIE).

Les carburants fossiles occupent une place de choix dans le mix énergétique du Maroc, avec presque 90 % de l’approvisionnement total en énergie primaire (ATEP) et 80 % de l’approvisionnement électrique.

En 2017, le pétrole représentait 62 % de l’ATEP, suivi par le charbon (22 %) et le gaz naturel (5 %), indique l’AIE dans son rapport sur les perspectives énergétiques 2019.

En 2017, la facture des importations énergétiques s’élevait à 7,3 milliards de dollars, fait savoir l’AIE, ajoutant que la production domestique de pétrole et gaz à ce jour reste « négligeable », mais le programme de prospection pétrolière et gazière géré par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) encourage les investissements en amont.

La découverte de gaz dans la zone sous permis de Tendrara par le britannique Sound Energy, ainsi que la prospection en eaux profondes par l’italien Eni, font espérer des développements prometteurs. Outre le pétrole brut, le Maroc importe aujourd’hui la totalité de ses besoins en produits pétroliers.

Samir, la seule raffinerie de pétrole encore en activité au Maroc, a été placée en liquidation judiciaire en 2015. La non utilisation des installations de stockage de produits pétroliers de la raffinerie de Samir, ainsi que le non-respect des distributeurs des produits pétroliers de leurs obligations de stockage en produit pétroliers pendant plusieurs années, soulignent la nécessité d’améliorer la sécurité de l’approvisionnement en produits pétroliers, recommandent les auteurs du rapport de l’AIE.

Pour l’AIE, la fermeture de Samir a des « répercussions évidentes sur la sécurité de l’approvisionnement en pétrole », et le Maroc se trouve donc de « plus en plus exposé aux risques de la chaîne d’approvisionnement mondiale, avec une couverture de stock inférieure au minimum légal pour tous les produits ».

Afin de renforcer les dispositifs de sécurité de l’approvisionnement en pétrole, le gouvernement devra améliorer les mécanismes de collecte de données sur les stocks de pétrole et assurer la disponibilité future de réservoirs de stockage de pétrole à la raffinerie, propose le rapport.

L’approvisionnement en gaz naturel algérien dépendra de la décision qui sera prise pour maintenir les accords sur le gazoduc Maghreb-Europe et de prolonger l’accord actuel au-delà de 2021.

À long terme, le Maroc, qui prévoit d’augmenter la part du gaz naturel, envisage d’utiliser plusieurs nouvelles voies d’approvisionnement en gaz, y compris des importations via un gazoduc partagé avec le Nigeria, ainsi que la construction d’un terminal LNG, qui offrirait une plus grande flexibilité de contrats et d’approvisionnement, souligne l’AIE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Micro-entreprises: les attributions du ministre délégué auprès du Premier ministre fixées

Plusieurs missions ont été attribuées au ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la micro-entreprise, portant notamment sur...

CPA: lancement de neuf produits issus de la finance islamique

Le Crédit Populaire d'Algérie (CPA) a lancé dimanche la commercialisation de neuf (9) produits de la finance islamique au niveau de son agence du...

Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d’ici 5 ans

Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son Président...

Ville nouvelle de Hassi Messaoud: le projet mis sous la tutelle du ministère de l’Habitat

Le projet de réalisation la Ville nouvelle de Hassi Messaoud (Ouargla) a été officiellement mis sous la tutelle du ministère de l'Habitat, de l’urbanisme...

Le projet d’amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles

Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a affirmé, mardi, à Alger, que le projet d'amendement de la Constitution, qui sera soumis au référendum le...

Kamel Rezig réaffirme sa volonté d’accompagner plus les producteurs et les exportateurs

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a réaffirmé mardi à Bouira l’engagement et la disposition de son département à accompagner davantage les producteurs ainsi...

Finances : le CPA lance un nouveau produit dédié aux PME et startups

Le Président directeur général (Pdg) du Crédit Populaire d'Algérie (CPA), Mohammed Dahmani, a annoncé, mardi à Alger, le lancement officiel par cette banque publique...

Commerce extérieur: exportation de 240 000 m2 de plaques de plâtres vers le Maroc

Une cargaison de 240.000 mètres carrés de plaques de plâtres standards ignifuges (résistantes au feu) et hydrofuges (résistantes à l'humidité) vient d’être exportée vers...

Dans la même catégorie

- Advertisement -